Unité Dharma

Bienvenue sur mon blog

26 septembre, 2009

The Awakening of the Vajragarbha

Classé dans : sLes enseignements: Mahayana-Vajrayana- Tantras.,Unité Dharma — deulmalhamo @ 10:19
Posté le: Hier à 19:00 Message   Sujet du message: L’Eveil de Vajragarbha Répondre en citant

L’Eveil de VajragarbhaThe Awakening of the Vajragarbha dans sLes enseignements:     Mahayana-Vajrayana- Tantras. 300px-Hevajra
  First chapterHomage to the Divine Hevajra Thus have I heard, Lord Buddha was residing in the womb of the Vajra Lady which is the Body, Speech
and Mind of all the Buddhas 
There Buddha spoke, « The heart of the Body, Speech, and Mind of all the Buddhas is the Noble Lord,
who is the most secret of all the secrets. 
 Oh Vajragarbha, great Bodhisattva of great mercy, listen
to the essence of Vajrasattva, Mahasattva, and Samayasattva which is known as Hevajra. » 
Vajragarbha asked Lord Buddha,  » Explain to me why He is called Vajrasattva, how is He Mahasattva,
by what criteria is He Samayasattva? » 
Buddha replied, « Vajra is said to be the indivisible and Sattva the unity of the three Centers.  By this kind
of wise reasoning Vajrasattva, the Adamantine Being, is so called.  He is called Mahasattva because of
being full of the flavors of the Great Knowledge.  And He is Samayasattva because of being
uninterruptedly active at all times. » 
Vajragarbha asked, « What is intended by the composite name Hevajra?  What is proclaimed by
the sound HE and what by VAJRA? » 

Buddha replied, « HE symbolizes Great Compassion and VAJRA symbolizes Wisdom.  Now listen
to this Tantra that I proclaim which is the essence of Wisdom and Skillfull Means.
The proficiency of this Tantra is known to be vast.  This Tantra teaches the Gazes, how to attract,
the Secret Sign Language, how to paralyze, how to drive away.  It teaches the correct method of
generating the Yoginis, their location, and their source.  It is proficient in the science and
technique of the correct method of manifesting the deities. 
The first of these techniques is one method, the method of generating the Heruka, for it is by
utilizing the existent itself that men are liberated. 

Oh Vajragarbha of great mercy.  Men are
bound by the bondage of existence and are liberated by understanding the nature of
existence.  Oh wise one, existence should be conceived through the understanding of
non-existence and likewise the divine Heruka should also be conceived through the
understanding on non-existence. 
Great Knowledge is located in the body and is free of all illusory conceptions, pervades all
phenomenal things and although abiding in the body does not originate from the body. »

 Vajragharba asked,  » Oh Buddha, how many nerve-channels are there in the Vajra body? » 

Buddha replied,  » There are thirty-two nerve-channels.  These thirty-two are the bearers
of the bodhicitta and flow into the center of Great Bliss.  Among them three nerve-channels,
Lalana, Rasana, and Avadhuti are the most important.  Lalana has the nature of Wisdom
and Rasana of Skillfull means.  In the middle, between them is Avadhuti, free from the
duality of subject and object.  Lalana is the bearer of Aksobhya and Rasana is the bearer
of Rakta.  The bearer of both Wisdom and Moon is known as Avadhuti. 
The names of the thirty-two nerve-channels are Abhedya, Suksamarupa, Divya, Vama,
Vamini, Kurmaja, Bhavaki. Seka, Dosa, Vista, Matari, Savari, Sitada, Usma, Lalana,
Avadhuti, Rasana, Pravana, Krisnavarna, Surupini, Samanya, Hetudayika, Viyoga,
Premani, Siddha, Pavaki, Sumana, Traivratta, Kamini, Geha, Candika, and Maradarika. »
 

 Vajragharba asked, « Lord Buddha, what is the nature of these thirty-two nerve-channels? » 

Buddha relied, « The nerve-channels are all transformations of the three realms of existence
and are devoid of the duality of subject and object.  But when they are used as means,
they are all conceived as possessing characteristics of phenomenal things.  The various
Concealed Essences are mentioned: Ali and Kali, Moon and Sun, Wisdom and Skillfull means,
the centers of Essencial Nature, Enjoyment, Creation and Great Bliss, and the Body, Speech,
and Mind.  Evam Maya: by E the goddess Locana is indicated, by VAM Mamaki, by MA
Pandura and by YA Tarini.  In the Center of Creation a sixty-four petal lotus.  In the
Center of Essential Nature an eight petal lotus, In the Center of Enjoyment a sixteen petal
lotus.  In the Center of Great Bliss a thirty-two petal lotus. 
The fourfold division that follows should be actualized in the proper order of the four
centers described above.
 
The four Moments: Diverse, Ripening, Dissolving, and Signless.
The four Noble Truths: Sorrow, its Origin, its Cessation, and the WAY.
The four Principles: Self, Mantra, Divinity, and Knowledge.
The four Joys: Ordinary, Refined, Cessation, and Innate Joy.
The four Doctrinal Schools: Sthavari, Sarastivada, Samvidt, and Mahasanghi. 
Moon, Sun, Ali and Kali, the sixteen Phases, the sixty-four Periods,
the thirty-two Nerve-channels, and the four Watches.  Thus, everything
goes in fours. 
Chandali blazes up in the navel.  She burns the Five Buddhas.  She burns Locana
and the others.  Aham is burnt and the Moon flows down. » 
Thus the first chapter regarding the Family of Vajra which is
the Body, Speech, and Mind of all the Buddhas.
 
 Kalachakra.tripod.com 

Hommage au Divin Hevajra

Ainsi ai-je entendu, le Seigneur Bouddha résidait dans l’utérus de la Dame Vajra qui est le Corps, la Parole et l’Esprit de tous les Bouddhas
Là parla le Bouddha, « Le cœur du Corps, de la Parole et de l’Esprit de tous les Bouddhas est le Noble Seigneur ,qui est le plus secret de tous les secrets.
Oh Vajragarbha , grand bodhisattva de la grande miséricorde, écoute à l’essence de Vajrasattva, Mahâsattva, et Samayasattva qui est connue comme Hevajra».

Vajragarbha demanda à Lord Bouddha, «Expliquez-moi pourquoi il est appelé Vajrasattva, comment est-il Mahâsattva, selon quels critères est-il Samayasattva?»

Bouddha répondit: «Vajra est dit être l’indivisible et Sattva l’unité des trois centres. Par ce genre de sage raisonnement, Vajrasattva, l’Être Adamantin, est ainsi appelé. Il est appelé Mahâsattva car il est plein des saveurs de la grande connaissance. Et Il est Samayasattva en raison d’être sans interruption actif en tous les temps ».

Vajragarbha demanda: «Qu’entend on par le nom composé Hevajra? Qu’est proclamé par le son HE et par celui de VAJRA?

 Bouddha répondit: «HE ( le son) symbolise la Grande Compassion et Vajra symbolise la sagesse. Maintenant, écoute ce Tantra que je proclame, qui est l’essence de la Sagesse et des moyens habiles. La compétence de ce tantra est connue pour être vaste. Ce Tantra enseigne les regards, la façon d’attirer, le Secret du Langage des Signes, comment paralyser, comment éloigner. Il enseigne la méthode correcte de génération des Yoginis, leur résidence, et leur source. Il est compétent dans les sciences et la technique de la méthode correcte de manifester les divinités.La première de ces techniques est une méthode, la méthode de génération du Hérouka, car c’est par l’utilisation de l’existant lui-même que les hommes sont libérés.

Oh Vajragarbha de la grande miséricorde. Les hommes sont liés par la servitude de l’existence et sont libérés par la compréhension de la nature de l’existence. Oh sage, l’existence doit être conçue par la compréhension de la non-existence de même que le divin Hérouka doit également être conçu par la compréhension de la non-existence.La Grande Connaissance est située dans le corps et est libre de toutes les conceptions illusoires, elle envahit toutes les choses phénoménales et bien que résidant dans le corps ne nait pas du corps. « 

Vajragharba demanda, « Oh Bouddha, combien de canaux nerveux existe-t-il dans le corps Vajra ? »

Bouddha répondit, « Il y a trente-deux canaux-nerveux. Ces trente-deux sont les porteurs de la bodhicitta et s’écoulent dans le centre de Grande Félicité. Parmi eux trois canaux-nerveux, Lalana, Rasana et Avadhuti sont les plus importants. Lalana a la nature de la sagesse et Rasana des moyens habiles. Dans le milieu, entre eux est Avadhuti, libre de la dualité de sujet et objet. Lalana est le porteur d’Aksobhya et Rasana est le porteur de Rakta. Le porteur à la fois de la sagesse et de la Lune est connu comme Avadhuti.Les noms des trente deux canaux-nerveux sont : Abhedya, Suksamarupa, Divya, Vama, Vamini, Kurmaja, Bhavaki. Seka, Dosa, Vista, Matari, Savari, Sitada, Usma, Lalana, Avadhuti, Rasana, Pravana, Krisnavarna, Surupini, Samanya, Hetudayika, Viyoga, Premani, Siddha, Pavaki, Sumana, Traivratta, Kamini, Geha, Candika, and Maradarika. »

Vajragharba demanda, « Seigneur Bouddha, quel est la nature de ces trente deux canaux nerveux ? Bouddha répondit: « Les canaux nerveux Sont tous des transformations des trois domaines de l’existence et sont vides de la dualité du sujet et objet. Mais quand ils sont utilisés comme moyens, ils sont tous conçus comme possédant les caractéristiques des choses phénoménales. La variétés des essences cachées sont mentionnées :Ali et Kali, Lune et Soleil, Sagesses et moyens Habiles, les centres de la Nature Essentielle, Jouissance, Création et Grande Félicité, et le Corps, la Parole et l’Esprit. Evam Maya : par E est indiquée la déesse Locana, par VAM Mamaki, par MA Pandura et par YA Tarani.Dans le centre de la Création un lotus à soixante-quatre pétales. Dans le centre de la Nature Essentielle un lotus à huit pétales. Dans le centre de la Jouissance un lotus à seize pétales. Dans le centre de la Grande félicité un lotus à trente-deux pétales.La division quadruple qui suit devrait être réalisée dans le bon ordre des quatre centres décrits au-dessus.

Les quatre Moments : Divers, Mûrissement, Dissolution et le Sans Signe.
Les quatre Vérités Nobles : la souffrance, son Origine, sa Cessation et la VOIE.
Les quatre Principes : Soi, Mantra, Divinité et Connaissance.
Les quatre Joies : Ordinaire, Raffiné, Cessation et Joie Innée.
Les quatre Écoles Dogmatiques : Sthavari, Sarastivada, Samvidt et Mahasanghi.
La lune, le Soleil, Ali et Kali,
les seize Phases, les soixante-quatre Périodes, les trente-deux Canaux Nerveux, et les quatre veilles.
Ainsi, toutes choses vont par quatre.

Chandali se rallume dans l’ombilic. Elle brûle les Cinq Buddhas. Elle brûle Locana et les autres. Aham est brûlé et la lune s’écoule. »
Ainsi (se termine) le premier chapitre concernant la Famille de Vajra qui est le Corps, le Discours et l’Esprit de tous le Bouddhas.
________________________________________

11 mars, 2008

Mahayanavimsaka

Classé dans : sLes enseignements: Mahayana-Vajrayana- Tantras.,Unité Dharma — deulmalhamo @ 13:29

Colophon

Les Vingt Versets du Mahayana,
(en sanscrit, Mahayanavimsaka; en tibétain: Theg pa chenpo nyi shu pa)
ont été composés par maître Nagarjuna.

Ils ont été traduits en tibétain par le pandit kashmiri Ananda et le bhikshu traducteur Drakjor Sherab (Grags ‘byor shes rab). Ils ont été traduits en anglais par l’ Anagarika Kunzang Tenzin le dernier jour de 1973 dans l’espoir que le karma de cette année-là en soit adouci.

Que puissent être heureux tous les êtres sensibles !  

_____membres.lycos.fr/zenmontpellier/Mahayanade.html – 35k _____________________________________________________________________ 5649923manjusri.jpg

Hommage à Manjusrikumarabhuta!

1. Je m’incline devant le Bouddha tout puissant                         
Dont l’esprit est dénué d’attachement
Et qui dans sa compassion et sagesse
A enseigné l’inexprimable.

2. En vérité, il n’y a pas de naissance -
Et donc pas de cessation ni de libération;
Le Bouddha est comme le ciel
Et tous les êtres sont de même nature.

3. Ni le Samsara ni le Nirvana n’existent,
Mais tout est un enchevêtrement complexe
A l’aspect intrinsèque de la vacuité,
L’objet de la conscience ultime.

4. La nature de toutes les choses
Apparaît comme un reflet,
Pur et naturellement calme,
Avec une nature non-duelle identique.

5. L’esprit commun imagine
Un soi là où il n’y a rien,
Et conçoit des états émotionnels -
Felicité, souffrance, et équanimité.

6. Les six états du samsara,
La félicité céleste,
Les souffrances infernales,
Sont toutes de fausses créations, des inventions de l’esprit.

7. De même, les idées de l’action mauvaise qui causent la souffrance
Vieillesse maladie et mort,
Et l’idée que la vertu mène à la félicité,
Sont de pures idées, des notions irréelles.

8. Comme un artiste épouvanté
Par le démon qu’il peint,
Celui qui souffre dans le samsara
Est épouvanté par sa propre imagination.

9. Comme un homme tombé dans les sables mouvants
Se démène et lutte
Ainsi les êtres [pensants] se noient
Dans le chaos de leurs propres pensées.

10. Prendre la fantaisie pour la réalité
Cause l’expérience de la souffrance;
L’esprit est empoisonné par l’interprétation
De la conscience de la forme.

11. Dissolvant l’illusion et la fantaisie
D’un esprit compassionné et pénétrant,
Demeure dans la parfaite conscience
Pour aider tous les êtres.

12. Ayant ainsi acquis la vertu conventionnelle
Libérée du filet de la pensée interprétative
On obtient une compréhension insurpassable
Comme celle du Bouddha, ami du monde.

13. Connaissant la relativité de toute chose,
La vérité définitive est toujours visible;
Laissant tomber l’idée de commencement, de milieu et de fin
Le flux [cosmique] est vu comme Vacuité.

14. Ainsi tout le samsara et le nirvana est vu tel quel:
Vide et insubstanciel,
Nu immuable
Éternellement tranquille et lumineux.

15. Comme les images d’un rêve
S’évanouissent au réveil,
De même la confusion du Samsara
S’évanouit dans l’Eveil.

16. Concevoir des choses dépourvues de substance
Comme éternelles, substantielles et satisfaisantes,
En les enrobant du brouillard du désir
Fait surgir le cycle des existences.

17. La nature des êtres est non-née
Et pourtant on croit communément qu’ils existent;
Mais autant les êtres que leurs représentations mentales
Sont de fausses croyances.

18. C’est n’est rien qu’un artifice de l’esprit
Cette naissance dans un illusoire devenir,
Dans un monde de bonnes et mauvaises actions
Avec une bonne ou mauvaise renaissance future.

19. Quand la roue de l’esprit cesse de tourner
Tout arrive à sa fin.
Ainsi, rien n’est intrinsèquement substantiel
Et toutes choses sont complètement pures.

20. Ce grand océan du Samsara,
Plein de pensées trompeuses,
Peut être traversé sur la barque de l’Approche Universelle.
Qui peut atteindre l’autre rive sans elle?

 

 Cela n’est pas sans nous faire penser à la Prajnaparamita.

Comme pour tous les textes mahayanistes,  il est nécessaire d’en garder la signification   profonde.  L’apprentissage sur la concentration, ou  le samadhi, reste susceptible  d’engendrer des états modifiés de la conscience ainsi tous les mouvements de nos pensées discursives, les visions, sont  l’énergie de l’état naturel de la base vide .  Nos errances ne sont que des reflets des cycles de vies.

 _______________________________________________________

 nagarjunaw180h222.jpg        Nagarjuna

 

Le Mahayanavimsaka un bref travail attribué à Nagarjuna qui résume les Madhyamaka ou « voie du milieu » philosophie en seulement vingt versets. Le Trisvabhavanirdesa de Vasubandhu même, résume l’enseignement fondamental Yogacara des «trois natures » de toutes les choses en seulement trente-huit versets.  Ils sont parmi les  formules les plus concises  connues des deux grandes écoles du Mahayana. Ces  textes difficiles à trouver sont rassemblés pour la première fois, et édités par  Vidhusekhara Bhattacharya … en Anglais chez Amazon  formant une solution compacte et faisant autorité comme livre source des deux plus influents philosophies bouddhistes, Madhyamaka et Yogacara. Sont  inclus  les textes  sanscrit tibétain .                                                                           

                                                                           Mahayanavimsaka de Nagarjuna

5649923manjusri.jpg

Hommage au Seigneur du dharma « Gourou

Manjou Ghocha Ya »

                                                  Il est de tradition bouddhiste de rendre hommage à

                       l’Esprit, sous la forme du Seigneur Manjouçri, par

l’invocation: « gourou manjou ghocha ya »

Gautama Bouddha avait deux assistants proches – Samanthabhadra sur Sa droite et sur sa gauche Manjusri. Manjusri avaient atteint la bouddhéité de nombreuses fois. À l’heure actuelle, il porte le titre de « Bouddha spirituel plein de joie et dans l’avenir (qui seront des milliers d’années à venir) Il sera le « Bouddha universellement Révélé ». Il est dit dans le  Sutra du Lotus que Manjusri avait entraîné et discipliné de nombreux bodhisattvas. Le chapitre introductif du Sutra du Lotus a déclaré que le Bouddha Gautama était autrefois un disciple de Manjusri qui a vécu avant la vie dans laquelle il est devenu un bouddha.

9 juillet, 2007

Vajrasattva

Classé dans : sLes enseignements: Mahayana-Vajrayana- Tantras. — deulmalhamo @ 18:24

lotusfieldchampdelotus.jpg

Que tout soit auspicieux. Hommages  - A  Sa Sainteté Kyabje Dalaï Lama pour son anniversaire  pour ses 72 ans le 6/ 07. 2007

OM BENZA SATO SAMAYA/MANOU PALAYA/BENZAR SATO TÉNOPA TIKTRA DRIDO MÉBAOUA/ SOUTO KAYO MÉBAOUA/SOUPO KAYO MÉBAOUA/ ANOURAKTO MÉBAOUA/  SAROUA SIDDHI MEMTRA YA TSA/ SAROUA KARMA SOUTSAMÉ TSITAM SHIRIYA KOUROU HOUNG HA HA HA HA HO BAGAOUÉN/ SAROUA TAT’ AGATA BENZAR MAMÉ MUNTSA BENZIR BAOUA MAHA SAMAYA SATO AH//

OM SATO HOUNG

Du lien sacré de Vajrasattva. Ô Vajrasattva protégez le lien sacré, puissiez vous demeurer fermement en moi. Donnez- moi entière satisfaction-Croissez en moi. Soyez bienveillant. Accordez- moi les accomplissements. Montrez -moi tous les karmas. Rendez mon, esprit bon et vertueux(resplendissant). Essence du coeur de Vajrasattva. Les quatre initiations de la voie de l’accomplissement,  Ho la joie. Ô Bienheureux qui personnifiez tous les Tathâgatas de Diamant  ne m’abandonnez pas.  Accordez-moi la réalisation de la nature de Vajra. Grand Être du Samaya-  - faites-moi UN avec vous

http://www.youtube.com/watch?v=bk6q0zxa4xQ

http://www.youtube.com/watch?v=01LB1onp34g

http://www.youtube.com/watch?v=U0EarugyrAA

 

http://www.youtube.com/watch?v=O4uDmdU3Sgk

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=3L0iT5i2CmE

                                                        OM VAJRASATTVA HUM

1158489089vajrasattvatankas.jpg

 

 

1 décembre, 2006

Expérience de la yogini et les pratiques principales de la Voie

Classé dans : LES ENSEIGNEMENTS-QUINTESSENCE DE L'ESPRIT,Unité Dharma — deulmalhamo @ 17:49

vajrayogini.jpgLa yogini révèle son expérience mystique de claire lumière. Toute la terre tremble et à la pointe incandescendante de l’esprit sublimé les visions irisées d’ocelles du paon.
Ce que le dzogchen nomme (
thögal).

Lorsque la yogini révèle l’expérience mystique, le point d’où jaillit l’énergie des manifestations est la puissance lumineuse de la nature de l’être subtil (La shakti).

Longuement la yogini dans les états incommensurables de luminosité acquiert la certitude que tous les déploiements de l’esprit sont purs, dans le sublime espace rayonnant de l’ Un.
Des états dont la référence n’est plus celle d’expérience mais ceux de Vajra , Mahamoudra de la grande perfection originelle et universelle.

La  conscience de l’émergence de la lumière est  indifférenciée de celle de l’énergie de la yogini shakti, elle résulte de la totalité des états purs d’être et de shunyata. 

Deulmalhamo

________________________________________________________________________________

 Les vers de Longchen Rabjam(Longchenpa)dans le livre « les Maître de la la grande perfection. Par Tulku Thondup. Page 136

Ô yogis, je suis trés heureux, trés joyeux.

Ce soir nous sommes la Terre Pure Inégalée.

Dans notre corps ,le palais des Déités Paisibles et courroucées,

Fleurit l’assemblée des Bouddhas,( l’union de ) clarté et vacuité.

La bouddhéité n’est nulle part qu’en nous mêmes.

Ô méditants, vous qui maintenez votre esprit concentré,

Ne le fixez pas en un seul endroit, mais laissez-le aller à son aise.

L’esprit est vacuité(ou ouverture),qu’il aille ou qu’il demeure.

Tout ce qui émerge(dans l’esprit) est (seulement) le jeu de sagesse.

______________________________________________________________________

Rigpa signifie « intelligence, mais aussi lucidité, savoir ce qui est perçu, et selon la tradition il y a  trois aspects de l’esprit. L’esprit ordinaire (sems); utilisé comme aussi bien potentiel que dans sa réflection dans le manifesté.  Je reviendrais sur le sujet  avec ce que Longchenpa écrivit. 

    La lignée de transmission de la Voie  que la tradition attribue à Padmasambhava est appelée terma ou lignée abrégée appelée  » Nyingthik Men Ngak dé «  Nyinthik sont les traités tantriques  » essences sphéres du coeur  » Men Ngak dé sont ceux des préceptes, les upadeshas.

Men Ngak dé, la série essentielle, permet de rentrer en contemplation quant à la position du corps, du regard à l’état naturel rigpa et à la vue. Cet ensemble des quatre est le (Tchokshak). Ceci représente  en fait le Dzogchen. Quant à la transmission les trois séries dénommées Semdé-Longdé-Men Ngak dé, se font à l’aide de (Trekchoet de ( thögal).

Le contemplatif  est dans la continuelle  immersion  Tchokshak.

Trekcho signifie littéralement coupant en travers, et a les quatre aspects de la connaissance. Indivisibilité de la conscience et du vide. Laisser-être, aspect la montagne. Laisser-être aspect de l’océan et  celles des visions de l’être rigpa.

La lignée de transmission de la Voie (Semdé- Longdé)que la tradition attribue à  Vimalamitra entre dans la catégorie des enseignements de l’esprit (Thögal) et ceux de l’espace, réservés à la lignée kama orale (Shanashita-Men Ngak dé) 

La transmission Semdé sera suivie par Vairocana le traducteur, grand disciple du temps de Trisongdetsen, Yondro Nyingpo,Nyak JnanaKumara.

Longdé par Vairocana  Longchepa/ pang Mip’am Gönpo.

J’ai brossé un rapide coup d’oeil pour expliquer les lignées de transmissions qui ne s’arrêtent pas aux cours des cycles de vies. Toute la base repose sur les testaments des Vidyadaras. Samantabhadra-vajrasattva- Garab Dordje- Manjusrimitra- Srisimha- Jnanasura et se dit de l’être réalisé Rikpa.

______________________________________________________________

 Question et  méditation de deulmalhamo la yogini

La question qui peut se poser est la suivante: Quant on sait que le Dzogchen accorde à l’auto-libération de l’énergie (stal) la conscience, la disant celle de rikpa; pourquoi trois positions plutôt qu’une directe totalement libérée par la nature spontanée de l’énergie? Ce bien de Vajrasattva. On distingue la nature essence , celle-ci porteuse de  l’énergie fondamentale de Samantabhadra (Bouddha primordial) potentiel primordial se manifestant directement à la connaissance.

J’invite le lecteur à méditer et répondre  car les questions bien qu’elles restent au stade de la vérité ultime concernent la nature de shunyata. Nous savons le sujet et qui les pose, reflet de tous les dharmas qui résultent d’une cause.

______________________________________________________________________

notes:  Vairochana, le premier des cinq familles de Bouddha représente la sagesse du dharmadhatu.

           Dharmadhathu est l’ultime état inconditionné de l’existence des phénomènes composés du samsara et du nirvana . 

_____________________________________

_____________________________________________________________________ 

2 octobre, 2006

La roue de la méditation suite.

Classé dans : sLes enseignements: Mahayana-Vajrayana- Tantras.,Unité Dharma — deulmalhamo @ 22:24

Tapihridza-hd.jpg

Pour donner à la roue de la méditation, la place qui lui convient, et sachant la difficulté d’aborder les textes tantriques du Vajrayana, notre choix s’était porté sur le Dhyani -Bouddha Amitâbha et les cinq sagesses du Bouddha représentées par Vairocana le brillant, Aksobhya , Ratnasambhava. La roue symbolique a de multiples attributs représentés dans l’iconographie bouddhique. Celle qui nous intéresse est celle du Dharma . Le Dharma tel qu’il est exposé par le Bouddha historique, et le Dharma au sommet duquel brille le soleil  de la Sagesse et de la compassion sans laquelle il ne peut y avoir d’éveil. Les méthodes ou moyens habiles utilisés dans le Grand véhicule , comme Mantrayana ou Vajrayana sont tantriques , initiatiques, mystique.  Leurs contenus remontent loin à l’époque du Bouddha historique. La méditation  s’érige en systèmes compliqués de visualisations des divinités tantriques ou yidams, héroukas,  qui sont les aspects  paisibles ou courroucés de l’esprit de la déité. Il faut avoir pratiqué longuement, mais la question peut se poser quant aux moyens sophistiqués du Vajrayana. Y-a-t’ il un autre chemin à parcourir pour atteindre le but du Grand Éveil  nous menant à la bouddhéité.

En premier lieu, il y a un avoir pur, qui doit s’actualiser, se manifester dans le courant des vies, appelé la nature de bouddha. L’étudiant doit établir la motivation pour que les méditations soient productives de l’esprit pur.  Ainsi propitier une divinité avec laquelle l’esprit reconnaît sa propre identification en union , c’est la phase de développement associée au mantra. Les Mantrayanas  sont des combinaisons de syllabes germes et de  mots symboles. Dans leur significations ésotériques le méditant inaugure aussi la dévotion à l’aspect de la divinité choisie lors de la méditation. Cette phase est appelée sadhana , moyen d’accomplissement( visualisations mantras et yogas internes). Le sujet des yogas internes ne fait pas parti de cet article, car il est recommandé de  pratiquer les six yogas de naropa avec son Lama.

Padamsambhava est le guru de la Sagesse et de la Compassion, son mantra:

OM ÂH HUM VAJRA GURU PADMA SIDDHI HUM.

Om Dharmakaya universel

ÂH Sambogakaya potentiel.

Hum  Nirmanakaya , réalité du potentiel.

Vajra .potentiel pur universel.

Lorsque de l’oeil d’Amitâbha jaillit le couple Tchenrézi  Tara, la libératrice,  la

contemplation directe (dhyâna) s’exprime, en les forces imaginatives, issues du

domaine  de la sunyata  . L’engagement dans la voie tantrique est très certainement

une chose difficile parce-qu il demande, un investissement complet auprès d’un

maître tantrique qualifié et les voeux lors de la prise de refuge ne sont pas

anodins.

 A moins d’avoir le Don  manifesté, spontanément de l’état de la bouddhéité, la

compréhension du chemin de l’éveil passe par les textes bouddhiques et deviennent

clairs pour le tantrika. Mais pas avant d’avoir saisi la validité des expériences de la

méditation et l’attachement à celles-ci. Dharmadhatu lors d’un récent forum écrivait

ceci : » Quant à l’épistémologie, elle fut implicitement encouragée et développée en

Inde avec les grands logiciens Dignaga et Dharmakirti, puis raffinée (entre autre dit-

il j’espère)  par les maîtres tibétains. Je répondais que tous les adeptes de la doctrine

ne sauraient y accéder sans exercices spirituels. » Le Bouddha n’était certainement

pas ennemi de la logique, il en faisit pleinement usage, mais il en montrait en même

temps les limites et enseignait en conséquence ce qui la dépassait: la  

contemplation.       » La voie de la vision épanouie,  Anagarika Govinda. » La

méditation de Tchénrézi et de Tara rassemble les aspects de la voie spirituelle.  Tara 

  tient embrassée la toute Accomplissante Sagesse en la figure d’Amoghasiddhi , celui qui est réalisé Bouddha. 

 Les cinq sagesses , le pur et transcendant état de Bouddha.

« Le Songe du grand maître mandchou Janggya du XVIIIe siècle rapporte justement la particularité du chemin de la pureté « visuddhimagga » de l’indien Buddhaghosa ou du « Lam-rim-chen-mo » du tibétain Tsongkapa et des exposés de Dignaga et de Dharmakirti  » la Voie épistémologique »

Dans son rêve une voix lui impartit ces instructions :

Tu dois faire réflexion sur ta compréhension de Dharmakirti en mêlant ton intuition intellectuelle avec ton expérience présente : ces plaisirs et ces peines divers, qui te sont maintenant échus selon le cours des choses, sont éphémères accidents.Il est prouvé par l’expérience que ces peines se produisent sur la base de causes et conditions… Ainsi parviendras-tu à cette pensée, que les enseignements sur l’impermanence, la souffrance et la causalité du Bouddha sont établis par la raison (telle qu’elle est conçue dans le système de Dharmakirti) et empiriquement vérifiés.

En conclusion l’investigation raisonnée doit être conjointe à l’expérience dont témoigne Rolpeï Dordjé. »

A noter que l’interrogation peut se porter aussi sur le fait philosophique de la doctrine bouddhiste comme véhicule de formation maintenant l’esprit conjoint au déroulement des étapes de la vision pure ; ou plutôt l’esprit dans les étapes de Visuddhi conjoint à la voie épistémologique, car j’aurais tendance à privilégier le « Lam-Rim Chen-Mo »

- Visuddhi  conduite pure , vue pure, mais  je pense aussi  dans la pureté de l’esprit nirvanique.                                                       

  

 

28 septembre, 2006

Les six syllabes

Le vénérable Kyentsé rinpovhéOM MANI PEME HUM

 

C’est en Kyentse Rinpoché Que Le Mantra DE Vajrasattva à toute sa saveur

13 septembre, 2006

nagarjuna.jpg.w180h222.JPG

les enseignements quintescences de l’esprit. Grand véhicule

buddha_02.jpgL’enseignement réformateur, à la suite du troisième concile vers 250 avant JC, où il y eut une fracture  entre les  les anciens du Thérâvada, fidèles à la parole du Bouddha et le groupe du Grand véhicule. ce mouvement trouva ses adeptes et en particulier le pandit Nagarjuna. Il s’agit de l’être d’éveil. Lorsque nous essayons de pratiquer la Voie du Milieu, nous faisons appel à la référence du Traité fondamental de la doctrine de Madhyamica Karika de non substantialité. Shunyata. Il y a un fil, chemin de l’illumination qui relie le Mahayana et  le Vajrayana  par le Dharma. Pour illustrer mes propos je cite quelques stances .  Si elles sont lues comme appartenant aux sutras du Mahayana, ce qui les relient, sont les Maîtres qui appartiennent au Grand véhicule Vajra.

Tout d’abord extrait du sutra du Diamant (VajracchédiKa).

Ceux qui me voient dans la forme

Ou m’entendent dans le son de ma voix

S’engagent dans l’erreur:

Ceux-là ne me voient pas.

En voyant la réalité absolue,

On voit les bouddhas,

Leur pouvoir de guider vient de leur corps absolu

N’étant pas objet de connaissance,

 La réalité absolue,

Ne se trouve pas à la porte de la conscience ordinaire. »

Il s’agit bien d’obtenir un esprit éveillé  à la  Sagesse transcendante de la « Prajnaparamita »

 Bhagavati Prajna Hridaya. (En Tibétain)

  » Le seigneur victorieux entra dans le samadhi de la description des phénomènes appelé, « la profonde luminosité. »

« A ce même moment, le Bodhisattva Mahasattva, le Noble Souverain Avalokita observa lui aussi attentivement la pratique de la profonde Perfection de connaissance transcendante. Il vit avec précision que les cinq agrégats étaient eux-mêmes vides par nature. »

(Les agrégats de la forme  les sensations, perceptions, formations karmiques, et la conscience.)

Le Sûtra du Coeur commenté par Bokar Rimpoché ed Claire Lumière.

La méditation porte sur les instructions profondes sur la vue de la Voie du Milieu. par Mipam Rinpoché, pour éclaircir le sujet de Shunyata. Un court extrait.

Bien que nous appréhendions tous les phénomènes divers et variés

Si nous cherchons l’objet imputé, nous ne le truovons pas

Même l’existence des phénomènes les plus subtils

Les particules et les instants élèmentaires, ne peut-être établies

Ils n’apparaissent que par la force des origines interdépendament;

Les « non »choses » sont imputées sur la base des choses

Qu’il s’agisse d’une chose ou d’une chose

Quel que soit ce qui est apprehendé sans examen

Quand examiné et analysé il se révèleComme sans base  sans racine

Quelque-chose qui n’existe pas,mais apparaît; comme une illusion, ou comme un rêve

ce reflet de la lune dans l’eau, un echo ou un village de Gandharvas

Une Hallucination ou un mirage,etc;

Vide mais apparaissant, mais vide

Méditez sur la maniére d’illusion des apparences vides

Il s’agit de l’absolu nominal

La sagesse qui voit en aprés-méditation cette maniére illusoire

La cnnaissance sûre et définitive de l’esprit qui le réalise

Est Immaculé. »

 

12
 

Eclairage Evangélique |
Rackam |
Eglise protestante évangéli... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thorgrime-le-rancunier
| Non nobis Domine non nobis ...
| Mon Chemin