Unité Dharma

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Unité Dharma La Tradition

27 août, 2011

PEACE PRAYER

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 13:25

lamamapleleavesvnrablelamalhanagrinpoche.jpg 

 

 

 All the Buddhas, Bodhisativas in the Ten Directions.

Tous les Bouddhas ,Bodhisattvas dans les dix directions
 

All the Gods, Goddesses 

Tous les Dieux, Déesses
 

 and Enlightened Beings in the universe

et les Êtres Eveillés dans l’univers
 

I pray to you

Je prie pour vous
 

I pray for peace to come to the earth and all sentient being

Je prie pour que la paix advienne sur la terre et pour tous les êtres sensibles 
 

 I pray that love, light and joy will come to the world
Je prie pour que l’amour, la lumière et la joie viennent au monde

 I pray that all nations will join in peace and love of all people
Je prie pour que toutes les nations se joingnent pour la paix et l’amour pour toutes les personnes.

Not money, not power, and not oil
Pas d’argent, pas de pouvoir, et pas de pétrole 
 

I pray that all the nations will join in the protection of the animals and our world

Je prie pour que toutes les nations se joingnent pour la protection des animaux et (celui de) notre monde
 

I pray for all the nations to know freedom and peace
Je prie pour que toutes les nations connaissent  la liberté et la paix

 I pray for all the nations to share wisdom and knowledge
Je prie pour que toutes les nations partagent la sagesse et la connaissance. 

 I pray for all the children to respect their elders and to have the opportunity to
Je prie pour que  tous les enfants  respectent leurs aînés et pour avoir l’occasion

Learn and live in a peaceful world

d’apprendre et vivre dans un monde pacifique 
 

I pray for all to respect nature and to build
Je prie pour tous de respecter la nature et de construire

 better world for the future
un monde meilleur pour l’avenir

I pray for all people to have freedom from suffering

Je prie pour que tous les gens soient  liberés de la souffrance 
 

I pray for all people to show compassion
Je prie pour que tous les gens manifestent de la compassion

 I pray for all people to have happiness

Je prie pour que tous les gens aient le bonheur 
 

I pray for everyone to have love and joy forever

Je prie pour chacun d’avoir l’amour et la joie pour toujours

 by Lama Lhanang

par Lama Lhanang

http://www.wisdompath.org/

30 décembre, 2010

L’aube de la nouvelle année

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 18:25

180pxommanipadmehum02svg.png   Bonne et heureuse Année 2011

 

Voila quatre années je créai ce blog.  C’était une aventure dans laquelle j’exposai ce que je comprenai du bouddhisme et surtout ce que je découvrai à travers mes propres expériences.  Peut être n’ai je pas décrit celles ci car elles sont de l’ordre de la nature du coeur et de ses puissantes et subtiles manifestations.  Et puis les transcrire ne peut apporter à ceux et celles qui les auraient lues aucune amélioration si dans la capacité naturelle de transformation  ils n’en tiraient la quintessence.

 Ces propos diront certains sont prétentieux. Ils le sont car je prétends avoir surmonté les vues fausses dans l’espace de l’esprit subtil, d’ avoir gardé l’enseignement au coeur de mon être, et surtout au cours de ces nombreuses pages fait la démonstration du bienfait pour le bien de tous. En tout cela j’ai de la prétention tout simplement, même si parfois je n’ai pas su toujours exprimer clairement peut être , ce que je n’avais pas moi même accompli.  Donc pour autant  il serait déplacé que je puisse dire avoir réalisé tout le parcours des bodhisattvas.

.  Aussi  à l’aube de la nouvelle année, comment vivre en bodhisattva ?  je veux dire à tous les lecteurs que l’espace de l’esprit est vide et pur, parfaite sagesse et compassion, parfaite unité. 

Comme bodhisattva nous pouvons aussi connaître la souffrance et lui en sait la vacuité .

 Nous projetterons à nouveau nos désirs, nos ambitions, et nos prétentions à vouloir forcer les karmas. Si nous sommes dans la pleine conscience(rigpa) tous nos possibles deviennent la réalité tout en mesurant leurs vacuité et leurs impermanence. Ainsi nous atteignons la vision sereine de ce monde illusoire. 

Dans la main du Bouddha est le miroir du parfait tout accomplissement de ses natures pures.  Alors soyons unis afin d’être combler des bénédictions des tathâgatas.

OM AH HUM                                                        1scchakraoflibrationthoughwearing.gif   Symbole le Chakra de la libération

20 mars, 2010

L’Invocation de Tapihritsa

Classé dans : Dzogchen,Unité Dharma — deulmalhamo @ 11:25

Tapihridza-hd.jpg 

Invocation Of Tapihritsa - composed and sung by Nangzher Lopo to his teacher, Tapihritsa. 

E MA HO! How wonderful! You are the manifestation of Kuntu Zangpo, the primordial base. 

Your body appears like a white luminous crystal, clear and without impurities, radiating light in the ten directions. You are naked, without ornaments, signifying the innermost essence, the primordial state. 

Endowed with the two-fold wisdom of emptiness and skillful means, with compassion you contemplate the benefit of beings. You embody Dzogchen, the Great Perfection, supreme among the teachings, the essence of the awareness of the realized ones, the peak of the way of realization, the heart of the tantras, of the essential scriptures, and of the secret instructions, 

You point out the natural state, the base from which delusion, which is samsara, and liberation, which is nirvana, arise; whereupon as sounds, lights, and rays, all the defects and virtues are self-clear Having completely dispelled the darkness of the minds of beings, you enable us to experience the base as empty and rootless, and simultaneously realize all stages of the path. 

Experiences and realization become manifest, and samsara and nirvana liberate within one’s natural mind. In that vastness, the three dimensions, which are the fruit, are arrayed. 

With one-pointed devotion I pray to you, Tapihritsa, protector of beings, grant the blessings of bestowing the empowerment upon me and other beings. May the external, internal, and secret obstacles be pacified, and may the error of self-grasping, which is ignorance, be liberated. 

Having recognized self-awareness, may the view and the conduct be fully realized. Please bestow upon me, at this very moment, the great meaning beyond intellect of the primordial base, empty and rootless. 

To you, Tapihritsa, noble protector of beings, I pray: May the beings of the six realms be protected by your compassion. 

And may my mind be liberated. 

 tapiritzared150pix.gif

TraductionComposé et chanté par Nangzher Lopo à son professeur, Tapihritsa. 

E MA HO! Quelle merveille! 

Vous êtes la manifestation de Kuntu Zangpo, la base primordiale. Votre corps apparaît comme un cristal blanc lumineux, clair et sans impuretés, émettant de la lumière dans les dix directions. 

Vous êtes nu, sans ornements, signifiant l’essence la plus profonde, l’état primordial. Doté de la double sagesse de la vacuité et des moyens habiles, vous contemplez avec compassion le bien des êtres. 

Vous incarnez le Dzogchen, la Grande Perfection, suprême parmi les enseignements, l’essence de la conscience de ceux réalisés, le sommet de la voie de la réalisation, au coeur des tantras, des écritures essentielles, et des instructions secrètes. 

 Rappelez-vous l’état naturel, la base à partir de laquelle l’illusion, qui est le samsara, et la libération, qui est le nirvana. Lève-toi, sur ce que sont comme des sons, des lumières, et des rayons. Tous les vices et les vertus sont eux-mêmes claires. Ayant complètement dissipé les ténèbres de l’esprit des êtres, vous nous permettez de faire l’expérience de la base comme vide et sans racines, et simultanément de réaliser toutes les étapes de la voie.  Les expériences et réalisations de se manifester, et le samsara et le nirvana de se libérer dans l’esprit naturel. 

Dans cette immensité, sont déployées les trois dimensions, qui sont les fruits. Avec une pointe de dévouement, je  vous prie, Tapihritsa, protecteur des êtres, d’accorder la bénédiction de donner les pouvoirs sur moi et les autres êtres. 

Puissent ils être pacifiés. Les obstacles externes, internes et secrets et l’erreur de la saisie du soi, qui est l’ignorance être libérés . Ayant reconnu la conscience de soi, que la vue et la conduite puissent elles être pleinement réalisées. 

S’il vous plaît de m’ accordez en ce moment même, la grande signification de la base primordiale, vide et sans racine au-delà de l’intelligence . Pour vous, Tapihritsa, noble protecteur des êtres,  je  prie: 

 Que les êtres des six royaumes soient protégés par votre compassion. 

et que mon esprit puisse être libéré. 

www.kabirkadre.com/study/…/invoTap.htm

Si à la lecture ,une bonne volonté peut donner une meilleure traduction, elle sera  la bienvenue.

14 décembre, 2009

Pour la paix dans le monde

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 19:58

2010

Le Bonheur Happiness

http://www.youtube.com/watch?v=pqKgdSoG4E8

http://www.youtube.com/v/RGyoqznd-PU&hl=fr_FR&fs=1&border=1 « > = « Nom allowFullScreen » value = « true »> http://www.youtube.com/v/RGyoqznd-PU&hl=fr_FR&fs=1&border=1« Type = » application / x-shockwave-flash « allowScriptAccess = » always « allowfullscreen = » true « width = » 445 « height = » 364 « >

www.kagyumonlam.org


Maîtres éveillés, les yogis

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 13:15

dudjomrinpoche.jpgKyabjé Dudjom Rinpoché

 

 

Dudjom Rinpoché (Tibétain: བདུད་འཇོམས་; Wylie: Bdud-’joms) est le titre d’une lignée d’ éminents tulkus de l’école Nyingmapa du Bouddhisme Tibétain. Le 2eDudjom Rinpoché fut le Chef spirituel de la lignée Nyingmapa. Il est né au Tibet en 1904, et mort le 17 janvier 1987. C’était un Tertön renommé, consideré comme la réincarnation de Dudjom Lingpa. Il a écrit un compte vaste des enseignements de la lignée Nyingmapa, qui est disponible en traduction anglaise. Deux garçons ont été reconnus comme le 3eDudjom Rinpoché. Wikipédia.

« Sa Sainteté est l’incarnation spirituelle de la lignée Nyingma, l’original de transmission du Vajrayana au Tibet.  Dans une de ses incarnations précédentes, Rinpoché a été un proche disciple du Bouddha Sakyamuni, Dans l’autre, l’un des principaux disciples de Padmasambhava Cheuchung Lotsawa. Largement recognu comme un Maître des Maîtres, Sa Sainteté a été un érudit et un auteur prolifique de plus de quarante volumes pour élucider les enseignements et les pratiques tantriques de la lignée Nyingma.  Il est aussi un maitre de la médecine et des sciences traditionnelles. Révéré dans le monde pour son éminence spirituelle, la réalisation de méditation profonde et la grande sagesse, Dudjom Rinpoché est un des plus grands yogis tibétains vivant. Il apporte cette éminence à l’établissement de l’école Nyingma en Amérique. « 

ph031detailkyabjedudjom.jpg 

Kyabjé Dudjom Rinpoché (1904-1988) fut Le guide suprême de la lignée Nyingmapa. Poète, auteur prolifique, Tertön (visionnaire Découvreur de textes cachés), historien (Histoire et fondements de l’École Nyingmapa du bouddhisme tibétain), maître de méditation et yogi tantrique, Il était l’un des plus aimés et vénère des grands lamas du Tibet. Aprés avoir établi les divers centres du dharma, à Kalimpong, au Népal, en Europe et aux Etats-Unis, il  est entré dans le parinirvana en 1988 en Dordogne, en France. Son corps, embaumé, est  conserver dans le  Stoupa de l’ONU, au Népal.

Shephen Dawa Rinpoche est le fils et successeur du lignage de Dudjom Rinpoché

En 1976, à l’âge de 9 ans, Chimed Khenpo RinpochéA reçu sa première initiation de Trésor du Nord (Jang Ter) par sa Sainteté Dudjom Rinpoché.

Siddharda fondation.

Il fut le roi des yogis du 20 éme siécle ..

Vous trouverez sa bibliographie dans / Biographie Dudjom Rinpoché. Histoire Dudjom Tersar. Nyingmapa


 Voici une prière à la lignée du Chöd révélée par Dudjom Lingpa

Maîtres éveillés, les yogis dans Unité Dharma dudjom-lingpa-15ccc84

.NAMO. KYÉ GU GUEUN PO SANG GYÉ TCHEU DEN DÉ
Hommage. Au Bhagavan Bouddha, protecteur des êtres sensibles,

GYAL OUA KUN YOUM SHÉ RAB P’A REUL TCHIN
À Prajnaparamita, la mère de tous les vainqueurs.

DAM PA SANG GYÉ T’EU PA BA DRA DANG
À Padampa Sangyé et à Thöpa Bhadra,

MA TCHIK YOUM SÉ POU LOP TCHÉ PA SOK
À Mère Machik, à ses fils et ses disciples,

SHI TCHÉ TCHEU YUL GYU PA T’AM TCHÉ LA
À toutes les lignées de transmission du Chöd et de Shijé, « le Pacificateur »,

ZEU MÉ DOUNG SHOUK DRAG PEU SEUL OUA DEP
J’adresse cette prière avec une intense et irrésistible dévotion.

DU SHI YING SOU TCHEU PAR DJIN GYI LOP
Que votre grâce me permette de trancher les quatre démons dans l’espace absolu,

KYEN NGEN DROK SOU GYOUR OUAR DJIN GYI LOP
De transformer les circonstances négatives en amies

NA TS’A LAM DOU LONG PAR DJIN GYI LOP
Et d’amener les maladies sur la voie ;

P’OUNG PO ZEN KYOUR NU PAR DJIN GYI LOP
Qu’elle me rende capable de renverser les agrégats,

MI DJIK DENG TCHEN T’OB PAR DJIN GYI LOP
D’obtenir la grande conviction libre de toute peur ;

 L’A DRÉ DRO DEUN NU PAR DJIN GYI LOP
Qu’elle me rende capable d’accomplir le bien des êtres, des dieux comme des esprits

DREL TS’É DEUN DANG DEN PAR DJIN GYI LOP
Et d’être bénéfique à ceux qui me sont liés.

TCHEU YUL T’AR TCHIN DEUN NYI L’UN DROUP NÉ
En menant à son terme la pratique du Chöd pour réaliser spontanément le double but,

KOU SHI YÉ SHÉ NGA YI PAL T’OP SHO
Puissé-je obtenir la gloire des quatre Corps et des cinq sagesses !
Ceci a été transcrit par Dudjom Dorjé à la requête de Tsulgyal.

Vertu. Vertu. Vertu. Traduit du tibétain par Jean-François Buliard
Tsering Thondup
Lu dans Sanghaforum Bouddhiste RiS
Rigdzin Jigme Lingpa

11jigmelingpa.jpg

Rindzing Jigme Lingpa 1730 -1798.

« Par les pratiques yoguiques, il acquit le contrôle sur les canaux subtils, les énergies et l’essence de son corps vajra » Les Maîtres de la Grande Perfection. » Tulku Thondup.

En tant que tertön SS  Dudjom Lingpa .

Les transmissions de l’esprit lui sont apparues ,et les entraînements yoguiques et les pratiques des dakinis  enseignés par Guru Rinpoché sont celles du Bouddha.

t109akasayogini.jpg

  »The secret wisdom dakini

As large entire universe

Her body is générated complete in very respect

Loudly blow the human thighbone trumpet

Forcelly générate the power of réalisation and performance the dance

 Phat i am a fearless yogi who pratices a mahasiddha’s activity

Though réalisation activities which encompass samsara and nirvana as equal

I dance and trample upon the demon of ego-clinging

and grind samsaric, dualistic thinking into dust

Vidyadhara lamas of the root linéage, come to the dance

Océan of yidams and dakas , come to the dance

Hosts of dakinis who roam everywhere, come to the dance

Grant your blessing,  so I may accomplish the path of mahasiddha ‘s activity

Phat while dancing on the eastern continent of Purvavideha

on the dance-floor of the dakas and dakinis

which is perfectly round

I stamp on the head of the demon of anger. »

(J’ai retrouvé dans mes documents ce court poéme . Je n’en ai pas l’auteur.

  Si un lecteur le connaît , il pourra m’en communiquer la source. Merci.)

t109akasayogini.jpg

Dakini Mandala: (Jogini) In the center of concentric spheres, an emanation of Vajrayogini called Sukhasiddhi, the « attainment of bliss, » balances on a flaming lotus. Initiatress into the unfolding mysteries of birth and death, into all that remains unknown, Sukhasiddhi expresses the Tantric spirit of the Divine Feminine, which guides spiritual aspirants to realms of selfless freedom. Tantric Buddhism, the « Diamond Vehicle » (Vajrayana), does not suppress the powerful forces of human existence, but celebrates them in ecstatic imagery that cuts to the core of experience, Brandishing a flaying knife and garlanded in skulls-taking as ornaments what is normally rejected-Sukhasiddhi cuts through hope and fear, attachment and aversion, to unite with all existence. Her chopper (Kartrika) severs the roots of illusion, while her upraised skull cup is an offering of the nectar of emptiness, the interdependent miragelike nature of all life. As the Second Dalai Lama wrote in The Transmission of the Wisdom Dakini, « Above your head visualize a white or red Vajrayogini…..

Lukitankas.

Dakini Mandala: (Jogini) Au centre des sphères concentriques, une émanation de Vajrayogini appelée Sukhasiddhi, le niveau de « l’acquisition de la félicité »,  elle se balance sur un lotus en feu. Initiatrice dans les mystères du déroulement de la naissance et de la mort, dans tout ce qui reste inconnu, Sukhasiddhi exprime l’esprit tantrique de la Féminité Divine, qui guide  les aspirants spirituels altruistes vers les royaumes  de la libération. Le bouddhisme tantrique,  » Le Véhicule de Diamant  » (Vajrayana), ne supprime pas les forces puissantes de l’existence humaine, mais il les célèbre dans l’imagerie extatique qui  coupe au cœur de l’expérience. Brandissant un couteau, fustigeant et prenant comme ornements des guirlandes de crânes de ce qui est normalement rejetés, Sukhasiddhi  les coupe par l’espoir et la peur, l’attachement et l’aversion, de s’unir avec toutes les existences. Son hachoir(Kartrika) rompt les racines de l’illusion, tandis que sa coupe crânienne  levée est une offrande du nectar de la vacuité, la nature interdépendante de toutes vies semblable à une illusion. Comme le Dala-Lama l’a écrit dans La « Transmission de la Sagesse de la Dakini »  en visualisant au dessus de votre tête vajrayogini blanche ou rouge….

t109akasayogini.jpg

je conseille de voir http// dudjomba.org.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 septembre, 2009

The Awakening of the Vajragarbha

Classé dans : sLes enseignements: Mahayana-Vajrayana- Tantras.,Unité Dharma — deulmalhamo @ 10:19
Posté le: Hier à 19:00 Message   Sujet du message: L’Eveil de Vajragarbha Répondre en citant

L’Eveil de VajragarbhaThe Awakening of the Vajragarbha dans sLes enseignements:     Mahayana-Vajrayana- Tantras. 300px-Hevajra
  First chapterHomage to the Divine Hevajra Thus have I heard, Lord Buddha was residing in the womb of the Vajra Lady which is the Body, Speech
and Mind of all the Buddhas 
There Buddha spoke, « The heart of the Body, Speech, and Mind of all the Buddhas is the Noble Lord,
who is the most secret of all the secrets. 
 Oh Vajragarbha, great Bodhisattva of great mercy, listen
to the essence of Vajrasattva, Mahasattva, and Samayasattva which is known as Hevajra. » 
Vajragarbha asked Lord Buddha,  » Explain to me why He is called Vajrasattva, how is He Mahasattva,
by what criteria is He Samayasattva? » 
Buddha replied, « Vajra is said to be the indivisible and Sattva the unity of the three Centers.  By this kind
of wise reasoning Vajrasattva, the Adamantine Being, is so called.  He is called Mahasattva because of
being full of the flavors of the Great Knowledge.  And He is Samayasattva because of being
uninterruptedly active at all times. » 
Vajragarbha asked, « What is intended by the composite name Hevajra?  What is proclaimed by
the sound HE and what by VAJRA? » 

Buddha replied, « HE symbolizes Great Compassion and VAJRA symbolizes Wisdom.  Now listen
to this Tantra that I proclaim which is the essence of Wisdom and Skillfull Means.
The proficiency of this Tantra is known to be vast.  This Tantra teaches the Gazes, how to attract,
the Secret Sign Language, how to paralyze, how to drive away.  It teaches the correct method of
generating the Yoginis, their location, and their source.  It is proficient in the science and
technique of the correct method of manifesting the deities. 
The first of these techniques is one method, the method of generating the Heruka, for it is by
utilizing the existent itself that men are liberated. 

Oh Vajragarbha of great mercy.  Men are
bound by the bondage of existence and are liberated by understanding the nature of
existence.  Oh wise one, existence should be conceived through the understanding of
non-existence and likewise the divine Heruka should also be conceived through the
understanding on non-existence. 
Great Knowledge is located in the body and is free of all illusory conceptions, pervades all
phenomenal things and although abiding in the body does not originate from the body. »

 Vajragharba asked,  » Oh Buddha, how many nerve-channels are there in the Vajra body? » 

Buddha replied,  » There are thirty-two nerve-channels.  These thirty-two are the bearers
of the bodhicitta and flow into the center of Great Bliss.  Among them three nerve-channels,
Lalana, Rasana, and Avadhuti are the most important.  Lalana has the nature of Wisdom
and Rasana of Skillfull means.  In the middle, between them is Avadhuti, free from the
duality of subject and object.  Lalana is the bearer of Aksobhya and Rasana is the bearer
of Rakta.  The bearer of both Wisdom and Moon is known as Avadhuti. 
The names of the thirty-two nerve-channels are Abhedya, Suksamarupa, Divya, Vama,
Vamini, Kurmaja, Bhavaki. Seka, Dosa, Vista, Matari, Savari, Sitada, Usma, Lalana,
Avadhuti, Rasana, Pravana, Krisnavarna, Surupini, Samanya, Hetudayika, Viyoga,
Premani, Siddha, Pavaki, Sumana, Traivratta, Kamini, Geha, Candika, and Maradarika. »
 

 Vajragharba asked, « Lord Buddha, what is the nature of these thirty-two nerve-channels? » 

Buddha relied, « The nerve-channels are all transformations of the three realms of existence
and are devoid of the duality of subject and object.  But when they are used as means,
they are all conceived as possessing characteristics of phenomenal things.  The various
Concealed Essences are mentioned: Ali and Kali, Moon and Sun, Wisdom and Skillfull means,
the centers of Essencial Nature, Enjoyment, Creation and Great Bliss, and the Body, Speech,
and Mind.  Evam Maya: by E the goddess Locana is indicated, by VAM Mamaki, by MA
Pandura and by YA Tarini.  In the Center of Creation a sixty-four petal lotus.  In the
Center of Essential Nature an eight petal lotus, In the Center of Enjoyment a sixteen petal
lotus.  In the Center of Great Bliss a thirty-two petal lotus. 
The fourfold division that follows should be actualized in the proper order of the four
centers described above.
 
The four Moments: Diverse, Ripening, Dissolving, and Signless.
The four Noble Truths: Sorrow, its Origin, its Cessation, and the WAY.
The four Principles: Self, Mantra, Divinity, and Knowledge.
The four Joys: Ordinary, Refined, Cessation, and Innate Joy.
The four Doctrinal Schools: Sthavari, Sarastivada, Samvidt, and Mahasanghi. 
Moon, Sun, Ali and Kali, the sixteen Phases, the sixty-four Periods,
the thirty-two Nerve-channels, and the four Watches.  Thus, everything
goes in fours. 
Chandali blazes up in the navel.  She burns the Five Buddhas.  She burns Locana
and the others.  Aham is burnt and the Moon flows down. » 
Thus the first chapter regarding the Family of Vajra which is
the Body, Speech, and Mind of all the Buddhas.
 
 Kalachakra.tripod.com 

Hommage au Divin Hevajra

Ainsi ai-je entendu, le Seigneur Bouddha résidait dans l’utérus de la Dame Vajra qui est le Corps, la Parole et l’Esprit de tous les Bouddhas
Là parla le Bouddha, « Le cœur du Corps, de la Parole et de l’Esprit de tous les Bouddhas est le Noble Seigneur ,qui est le plus secret de tous les secrets.
Oh Vajragarbha , grand bodhisattva de la grande miséricorde, écoute à l’essence de Vajrasattva, Mahâsattva, et Samayasattva qui est connue comme Hevajra».

Vajragarbha demanda à Lord Bouddha, «Expliquez-moi pourquoi il est appelé Vajrasattva, comment est-il Mahâsattva, selon quels critères est-il Samayasattva?»

Bouddha répondit: «Vajra est dit être l’indivisible et Sattva l’unité des trois centres. Par ce genre de sage raisonnement, Vajrasattva, l’Être Adamantin, est ainsi appelé. Il est appelé Mahâsattva car il est plein des saveurs de la grande connaissance. Et Il est Samayasattva en raison d’être sans interruption actif en tous les temps ».

Vajragarbha demanda: «Qu’entend on par le nom composé Hevajra? Qu’est proclamé par le son HE et par celui de VAJRA?

 Bouddha répondit: «HE ( le son) symbolise la Grande Compassion et Vajra symbolise la sagesse. Maintenant, écoute ce Tantra que je proclame, qui est l’essence de la Sagesse et des moyens habiles. La compétence de ce tantra est connue pour être vaste. Ce Tantra enseigne les regards, la façon d’attirer, le Secret du Langage des Signes, comment paralyser, comment éloigner. Il enseigne la méthode correcte de génération des Yoginis, leur résidence, et leur source. Il est compétent dans les sciences et la technique de la méthode correcte de manifester les divinités.La première de ces techniques est une méthode, la méthode de génération du Hérouka, car c’est par l’utilisation de l’existant lui-même que les hommes sont libérés.

Oh Vajragarbha de la grande miséricorde. Les hommes sont liés par la servitude de l’existence et sont libérés par la compréhension de la nature de l’existence. Oh sage, l’existence doit être conçue par la compréhension de la non-existence de même que le divin Hérouka doit également être conçu par la compréhension de la non-existence.La Grande Connaissance est située dans le corps et est libre de toutes les conceptions illusoires, elle envahit toutes les choses phénoménales et bien que résidant dans le corps ne nait pas du corps. « 

Vajragharba demanda, « Oh Bouddha, combien de canaux nerveux existe-t-il dans le corps Vajra ? »

Bouddha répondit, « Il y a trente-deux canaux-nerveux. Ces trente-deux sont les porteurs de la bodhicitta et s’écoulent dans le centre de Grande Félicité. Parmi eux trois canaux-nerveux, Lalana, Rasana et Avadhuti sont les plus importants. Lalana a la nature de la sagesse et Rasana des moyens habiles. Dans le milieu, entre eux est Avadhuti, libre de la dualité de sujet et objet. Lalana est le porteur d’Aksobhya et Rasana est le porteur de Rakta. Le porteur à la fois de la sagesse et de la Lune est connu comme Avadhuti.Les noms des trente deux canaux-nerveux sont : Abhedya, Suksamarupa, Divya, Vama, Vamini, Kurmaja, Bhavaki. Seka, Dosa, Vista, Matari, Savari, Sitada, Usma, Lalana, Avadhuti, Rasana, Pravana, Krisnavarna, Surupini, Samanya, Hetudayika, Viyoga, Premani, Siddha, Pavaki, Sumana, Traivratta, Kamini, Geha, Candika, and Maradarika. »

Vajragharba demanda, « Seigneur Bouddha, quel est la nature de ces trente deux canaux nerveux ? Bouddha répondit: « Les canaux nerveux Sont tous des transformations des trois domaines de l’existence et sont vides de la dualité du sujet et objet. Mais quand ils sont utilisés comme moyens, ils sont tous conçus comme possédant les caractéristiques des choses phénoménales. La variétés des essences cachées sont mentionnées :Ali et Kali, Lune et Soleil, Sagesses et moyens Habiles, les centres de la Nature Essentielle, Jouissance, Création et Grande Félicité, et le Corps, la Parole et l’Esprit. Evam Maya : par E est indiquée la déesse Locana, par VAM Mamaki, par MA Pandura et par YA Tarani.Dans le centre de la Création un lotus à soixante-quatre pétales. Dans le centre de la Nature Essentielle un lotus à huit pétales. Dans le centre de la Jouissance un lotus à seize pétales. Dans le centre de la Grande félicité un lotus à trente-deux pétales.La division quadruple qui suit devrait être réalisée dans le bon ordre des quatre centres décrits au-dessus.

Les quatre Moments : Divers, Mûrissement, Dissolution et le Sans Signe.
Les quatre Vérités Nobles : la souffrance, son Origine, sa Cessation et la VOIE.
Les quatre Principes : Soi, Mantra, Divinité et Connaissance.
Les quatre Joies : Ordinaire, Raffiné, Cessation et Joie Innée.
Les quatre Écoles Dogmatiques : Sthavari, Sarastivada, Samvidt et Mahasanghi.
La lune, le Soleil, Ali et Kali,
les seize Phases, les soixante-quatre Périodes, les trente-deux Canaux Nerveux, et les quatre veilles.
Ainsi, toutes choses vont par quatre.

Chandali se rallume dans l’ombilic. Elle brûle les Cinq Buddhas. Elle brûle Locana et les autres. Aham est brûlé et la lune s’écoule. »
Ainsi (se termine) le premier chapitre concernant la Famille de Vajra qui est le Corps, le Discours et l’Esprit de tous le Bouddhas.
________________________________________

16 septembre, 2009

The devotional poème of Tsongkhapa

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 22:51


51ecceqe5vlbo2204203200pisitbstickerarrowclicktopright3576aa240sh20ou01.jpgdnamgyalma.jpg
 The devotional poème of Tsongkhapa 
Extract :
Splendour of an Autumn Moon In Praise of Goddess Namgyalma Namgyalma (Skt. Ushnishavijaya) is a goddess of longevity who emanated from the Buddha’s crown protuberance (Skt. Ushnisha). With Amitayus and White Tara she makes up the most popular trinity of longevity deities in Himalayan Buddhism. She possesses three full and noble faces, each showing a different aspect. The middle face is elegant, the right is peaceful, and the left, wrathful.Tsongkhapa describes Namgyalma as she is depicted in traditional Tibetan paintings with her four attendant wrathful deities sitting around her. These four belong to the family known as the eleven wrathful ones.
It is said that Sarasvati, goddess of wisdom, told Tsongkhapa that he would not live past the age of fifty-seven. To remedy this he made many prayers to Namgyalma. In Praise of Goddess Namgyalma 

1) Fulfilling hopes of living beings, a veritable treasury of
powers,
sun of a million rays of well-spoken words,
its brilliant white light of every virtue perfected,
glorious lama, victorious upon the heads of sentient beings. 
  

 2)  To rely upon her is to gain the highest acumen,
is to reduce Yama’s club to a mere picture,
goddess guardian of living creatures,
you of Buddha’s crwon, I offer this meagre praise.
  

3) A sightless man groping at forms,
I am at a loss to describe you,
yet from that hermitage of Sacred Dharma Perfectly Compiled
in the paradise of Sukhavati,
the teacher Amitayus, guardian of the world,
has lavished praise upon you, and from its study,
bowing my head to your feet from afar,
I have found opportunity, albeit brief, to say these words.

4)Radiant in its captivating latticework of light,
I prostrate to your perfectly symmetrical form,
a snow mountain amid an ocean of milk,
beautifully seated upon a lotus-moon circle.
   
 

5)I prostrate to you of three full and noble faces,
 aglow with the luminosity of crystal, gold, and sapphire,
 the elegant middle, the peaceful right, the wrathful left. 

6)Like the sapphire that crowns the canopy
your plaited hair crowns your broad head.
Like rainbows shimmering in clear sky,
long eyebrows adorn your dark eyes.
 
  

7)Attractive lines of a well-formed nose,
exquisite lips on a graceful mouth,
soft, silky ears hung with precious stones,
I prostrate before you of captivating elegance.

 8)Like sparkling colors of a beautiful string of stars,
the finest necklace embraces your body.
The nipples of your milk-bearing breasts
upon a broad chest like swans on a lotus lake.

9)Your soft hands in four pairs,
adorned by precious jewels, white as lotus roots,
the first holding crossed vajra and lasso in threatening
gesture, 

10)the second Amitabha’s statue and mudra of protection,
the third a bow and arrow, fourth the mudra of offering
and the ambrosia vase granting power over life and death.
conquering warrior, longevity goddess, I prostrate to you
.
 

11)Like lotus stems on the wish-granting ocean shore,
your radiant waist grows straight yet curved.
Like a crystal shrine encased in a rainbow’s tent,
your beautiful perfect body clothed in elegant silk.

12)Agreeably seated in the adamantine lotus pose,
the mother of buddhas as a glorious sixteen year old,
I prostrate to you who manifests in multitudinous forms
to realise hopes and wishes of living beings..

13)Two bodhisattvas holding white fans,
Avalokiteshvara, lotus in hand, Vajrapani, vajra clasped,
are absorbed in insatiable gaze upon your form.

14)On your four sides destroying all hinderance,
sword, hook, club, vajra, in their right hands,
their left with threatening finger to tame the wicked,
Achala, Takiraja, Niladanda, Mahabala in wrathful form

15)Above, two young gods from their pure celestial realm
earnestly pour pure waters from jeweled vases.
falling as the ambrosia rain of immortality.

16) All existence manifest before you,
love unending for beings beyond number,
giving shelter from fire, poisons, and weapons,
leader of men and gods, I bow before you 

17)Entanglements of ignorance toward all existence cut away,
mind spread equally to every living being,
bringer of joy and succor at all times, all paces
guardian of all worlds, I prostrate to you.

18)En vertu de la méditation, l’offrande, la récitation, et la louange
upon this noble lady, protector of living beings, sur cette noble dame, protectrice des êtres vivants,
may I soon attain to your exalted state puis  je  atteindre bientôt dans votre état d’exaltation
to become savior of every needy creature. à devenir le sauveur de toute créature dans le besoin.
may I soon attain to your exalted state
to become savior of every needy creature.

19)May I dissolve with ease pernicious deeds
born from slavery to an intractable mind,
destined to lead to unwished-for results,
all performed under the sway of ignorance. 

 20)A full life, great ability, intelligence, faith,
compassion, determination, meditative concentration,
may all such qualities of body and mind
Flourish and go from strength to strength 

 21)absorbed in the practice of enlightenment,
may I perform by mere wish, in acord with my prayers,
infinitely powerful deeds pleasing to the buddhas 

 22)When shaping my mind with study, contemplation,
and meditation,
I meet obstruction upon enlightenment’s path,
may I destroy utterly with wrathful action
the power of all dark forces
.

23) By having seen, heard, or remembered,
or by mere contact with me,
may I satisfy fully, like a wish-fulfiling jewel or
wish-granting tree,
every hope of every living being.

 24) In short, having delighted my spiritual masters,
and armed with study leading to the thoughts of the Buddha,
may I travel to the perfection of practice
To unfold educations of Buddha in the ten directions
 
                                                                                     
                                                                         dnamgyalma.jpgLouanges à la Déesse Namgyalma 

Extrait de « Splendeur d’une lune d’automne » le poème dévotionnel de Tsongkhapa

Namgyalma (Ushnishavijaya en sanscrit) est une déesse de la longévité qui émanait de la protubérance de la couronne du Bouddha (sans. Ushnisha). Avec Amitayous et Tara blanche, elle représente la trinité la plus populaire des divinités de longévité dans le bouddhisme de l’Himalaya. Elle possède trois visages pleins et nobles, chacun représentant un aspect différent. Le visage du milieu est élégant, le droit est pacifique, et le gauche, courroucé. Tsongkhapa décrit Namgyalma de la même façon qu’elle est dépeinte dans les peintures traditionnelles tibétaines avec ses quatre divinités auxiliaires courroucées assises autour d’elle. Ces quatre appartiennent à la famille connue sous le nom des onze courroucés. Il est dit que Sarasvatî, déesse de la sagesse, a dit à Tsongkhapa qu’il ne vivrait pas passé l’âge de cinquante-sept ans. Pour remédier à cela il fit beaucoup de prières adressées à Namgyalma. 

 Traduit de l’anglais par Deulma et Sönam pour http://Sangha.LeForum.eu 
 

Louanges à la Déesse Namgyalma 

Répondant à l’espoir des êtres vivants, un véritable trésor de pouvoirs,
Soleil d’un million de rayons de mots bien exprimés
Sa lumière blanche brillante de toutes les vertus rendues parfaites
Lama glorieux, victorieux sur la tête des êtres sensibles.

 De s’appuyer sur elle c’est acquérir la sagacité la plus élevée
C’est réduire la massue de Yama à une simple image, déesse tutélaire des êtres vivants,
Vous, couronne de Bouddha, je vous offre ce maigre éloge.

 Homme aveugle cherchant à tâtons les formes
Je suis incapable de vous décrire,
Maintenant de cet ermitage du Saint Dharma Parfaitement composé dans le paradis de Soukhavati,
L’enseignant Amitayous, gardien du monde,
A prodigué des éloges sur vous, et à partir de son étude,
Inclinant de loin ma tête à vos pieds J’ai trouvé l’occasion, même brève, de dire ces mots.

 Radiant dans son envoûtant treillis de lumière
Je me prosterne devant votre forme parfaitement symétrique,
Une montagne de neige au milieu d’un océan de lait,
Joliment assise sur un cercle de lotus-de-lune 

Je me prosterne devant vous aux trois visages pleins et nobles,
Enflammés de la luminosité du cristal, de l’or et du saphir,
Le milieu élégant, le droit pacifié, le gauche courroucé.

 Comme le saphir qui couronne la canopée,
Vos cheveux tressés couronnent votre large tête
Comme des arcs-en-ciel scintillant dans le ciel clair,
De longs sourcils ornent vos yeux noirs.

Les lignes attractives d’un nez bien formé,
Les lèvres exquises sur une bouche gracieuse,
De douces et soyeuses oreilles pendues de pierres précieuses,
Je me prosterne devant vous à la captivante élégance

Comme les chatoyantes couleurs d’une belle chaîne d’étoiles
Le plus beau collier embrasse votre corps.
Les mamelons de vos seins porteurs de lait
Sur une large poitrine comme des cygnes sur un lac de lotus 

Vos quatre paires de douces mains
Ornées de joyaux précieux, blanches comme des racines de lotus,
la première tenant croisé un vajra et un lasso dans un geste menaçant 

La seconde statue d’Amitabha dans le Mudra de la protection,
La troisième, un arc et des flèches, la quatrième le mudra de l’offrande
et un vase d’ambroisie possédant le pouvoir sur la vie et la mort

 Comme les tiges de lotus sur le rivage octroyant-le-désir
Votre taille radieuse, jusque là courbée, devient droite
Comme un sanctuaire de cristal enveloppé dans une tente d’Arc-en-ciel,
Votre beau corps parfait est vêtu de soie élégante.

 Agréablement assise en la position du lotus adamantin,
La mère des bouddhas comme une radieuse âgée de seize ans,
Je me prosterne devant vous, qui se manifeste dans des formes innombrables
Pour réaliser les espoirs et les souhaits des êtres vivants.

Deux bodhisattvas tenant des éventails blancs,
Avalokitésvara, le lotus à la main, Vajrapani, le vajra enlacé,
Sont absorbés dans un regard insatiable sur votre forme 

Sur vos quatre côtés détruisant tous les obstacles
L‘épée, le crochet,le gourdin, le vajra, dans leur main droite,
Leur gauche avec le doigt menaçant pour dompter les méchants,
Achala, Takiraja, Niladanda, Mahabala sous la forme courroucée. 

Au-dessus, deux jeunes dieux de leur pur royaume céleste
Versent avec ardeur les eaux pures de vases de pierres précieuses.
Tombant comme la pluie d’ambroisie de l’immortalité. 

Toute existence se manifeste devant vous
L’amour incessant pour les êtres innombrables,
Protégeant du feu, des poisons et des armes
Meneuse des hommes et des dieux, je m’incline devant vous. 

Enchevêtrements de l’ignorance envers toute existence retranchée
L‘esprit réparti de manière égale à tout être vivant,
Porteuse de joie et de secours en tout temps, tous rythmes
Protectrice de tous les mondes, Je me prosterne devant vous. 

En vertu de la méditation, l’offrande, la récitation, et la louange
Par cette noble dame, protectrice des êtres vivants,
Puis je atteindre bientôt votre état d’exaltation
Pour devenir le sauveur de toute créature dans le besoin. 

Puis je avec facilité dissoudre les actes pernicieux
Nés de l’esclavage d’ un esprit rebelle,
Destiné à conduire à des résultats, non souhaités
Tous réalisés sous l’emprise de l’ignorance. 

Une vie pleine, beaucoup de talent, l’intelligence, foi,
Compassion, détermination, la concentration méditative,
Puissent toutes ces qualités de corps et d’esprit
Prospérer et aller de succès en succès. 

Absorbé dans la pratique de l’illumination,
Puis je effectuer par simple souhait, en accord avec mes prières,
Les actes infiniment puissants qui plaisent aux bouddhas 

 En formant mon esprit à l’étude, la contemplation et la méditation
Je rencontre une obstruction sur le chemin de l’illumination,
Puis je détruire entièrement avec l’action courroucée
Le pouvoir de toutes les forces obscures 

Pour avoir vu, entendu, ou m’être souvenu,
Ou par le pur contact avec moi
Puis je satisfaire pleinement comme un joyau réalisateur de voeux
Ou un arbre accordant-des-souhaits, chaque espoir de chaque être vivant. 

En bref, après avoir enchanté mes maîtres spirituels,
Et armé des études conduisant aux pensées du Bouddha,
Puis-je atteindre la perfection de la pratique
Pour déployer les enseignements du Bouddha dans les dix directions. 


Long Mantra de Namgyalma 

OM NAMO BHAGAWATAY SARWA TAYLOKYA PARTI BISHIK TAYA/ BUDDHA YATAY NAMA/ TAYATHA OM DRUM DRUM DRUM SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA AHSAMA SAMENTA/ AWABHASA PRANAGATI GAGANA SABAWA BISHUDAY/ ABIKINTSEN TUMAM/ SARWA TATHAGATA SUGATA BARABATSANA AMRITA AHBIKAYKARA MAHAMUDRA MENTRA PADAY/ AHARA AHARA MAMA AHYU SAM DARANI/ SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA GAGANA SOBAWA BISHUDAY/ UNIKA VIJAYA PARISHUDAY SAHASA/ REMI SENTSO DITAY/ SARWA TATHAGATA AHWALOKINI KATHA PARAMITA PARIPURANI/ SARWA TATHAGATA MATAY DASHA BUMI PARTI TITAY/ SARWA TATHAGATA HRIDAYA AHDITANA AHDITITAY/ MUDRAY MUDRAY MAHA MUDRAY BENDZA KAYA SAMHATANA PARISHUDAY/ SARWA KARMA AHWARANA BISHUDAY PARTINIWARTAYA MAMA AHYUR BISHUDAY/ SARWA TATHAGATA SAMAYA AHDITANA AHDITITAY/ OM MUNI MUNI MAHA MUNI/ BIMUNI BIMUNI MAHA BIMUNI/ MATI MATI MAHA MATI/ MAMATI SUMATI TATATA/ BATAKOTI PARISHUDAY/ BIPUTA BUDI SHUDAY/ HAY HAY DZAYA DZAYA BIDZAYA BIDZAYA/ MARA MARA PARA PARA PARAYA PARAYA SARWA BUDDHA AHDITANA AHDITITAY/ SHUDAY SHUDAY BUDDAY BUDDAY BENDZAY BENDZAY MAHA BENDZAY/ SUBENDZAY BENDZA GARBA DZAYA GARBAY BIDZAYA GARBAY/ BENDZA DZOLA GARBAY/ BENDZOEBAWAY BENDZA SAMBHAWAY/ BENDZA BENDZERNI/ BENDZA MABAWATU MAMA SHARIRAM/ SARWA SATO NENTSA KAYA PARI SHUDIR BAWATU/ ME SADA SARWA GATI PARISHUDI TSA/ SARWA TATHAGATA TSA/ MAM SAMA SHASAYENTU/ BUDDHAYA BUDDHAYA SIDDHAYA SIDDHAYA BODAYA BODAYA BIBODAYA BIBODAYA/ MOTSAYA MOTSAYA BIMOTSAYA BIMOTSAYA/ SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA/ SAMENTANA MOTSAYA MOTSAYA/ SAMENTA RAMIPARI SHUDAY/ SARWA TATHAGATA HRIDAYA AHDITANA AHDITITAY/ MUDAY MUDAY MAHA MUDAY/ MAHAMUDRA MENTA PADAY SOHA. 

Court Mantra de Namgyalma 

OM DRUM SOHA/OM AMRITA AHYU DADAY SOHA
OM AH HUNG TAM HRI/ ANG AH RAKYA RAKYA MAM SARWA SATAM TSA SOHA. 

11 mai, 2009

Pèlerinage en Inde.

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 10:08

je souhaite que ces quelques photos inspirent tout ceux qui suivent le Dharma et le chemin que nous a tracé le Bouddha Sakyamuni dans Sa Sagesse omnisciente.

 

 

 

 

img0131.jpg 

Le Pèlerinage s’est effectué au sein d’un groupe de trois personnes bouddhistes, guidées par un guéshé, le vénérable lama Thupten Tenpa  fondateur de l’Association Dewachen. (Voir dans mes préférences)

Guéshé-la au Pic du Vautour

 

 img0260.jpg

 

Notre itinéraire avait été soigneusement programmé pour que nous visitions les grands monastères du sud de l’Inde de la contrée du Tarnataka. Les temples de Drepung et de Ganden. Mieux qu’une description quelques photos, mais aussi  les camps de réfugiés tibétains, leur grande hospitalité, et le message que je voudrais transmettre de leur courageuse expérience de maintenir la tradition, avec ferveur, foi, et espérance en  le Dalaï-Lama Kyabjé Tenzin Gyatso.

Tout d’abord Delhi, ville grouillante d’animations. Là se côtoient des charrettes de fruits et légumes, des mendiants, femmes et enfants qui vous touchent et vous implorent et bien que nous soyons absolument touchés par cette misère, on nous recommande de ne rien donner en dehors de nourritures si l’on veut. Mais vite c’est un attroupement  autour de nous. Une poussière irrespirable une circulation très dangereuse. Nous avons vu une femme mourir  écrasée.

Les, rickshaws nous ont souvent conduit, et je les ai trouvé courageux. Ils semblaient tellement décidés et vigoureux tout en pédalant. Ils sont d’une habilité étonnante.

 

 img0043.jpg

Les trains . Il me faudrait un roman pour décrire les nuits et les journées inconfortables, que nous avons passées sur nos banquettes pour descendre dans le sud vers Mundgod et ensuite remonter pour rejondre Bénarés, Bodhgaya ,Dheli, Dharamsala.

 

 img0047.jpg

img0066.jpg  img0067.jpg

1er Mars nous visitons les grands monastères.

img0134.jpgimg0162.jpg 

img0162.jpg

Une école Tibétaine à Mundgod. Cette photos parmi d’autres a été prise avec beaucoup de chance, car alors que je me promenais dans un chemin, proche de l’habitation de la famille de Guéshé-la, une femme prés du portail  de l’école m’invita  à voir une classe de petits enfants et leurs maîtresse .

 

img0099.jpg

 

Sarnath_ Bodhgaya

img0212.jpg

img0241.jpg

 

img0248.jpg

Dharamsala

img0320.jpg

 

Padmasambhava

img0340.jpg

Cette immense statue se trouve au dessus du Lac , dit » Le lac de Padmasambhava. » Il s’appelle Réwalsar(Tso Péma pour les tibétains).

 Le lieu se trouve à environ cinq heures de Dharamsala. Nous avons grimpés, dans les grottes où il aurait séjourné.  Il se dégage de cet endroit et d’ailleurs de tous les lieux visités une intense communion avec la  symbolique qu’ils représentent pour notre être d’Eveil. 

 

 img0363.jpg

 

 

Ce bref aperçu de ce pèlerinage nous indique le cheminement intérieur, en passant par,  Bodhgaya et le Serment au Parc des Gazelles; par le Pic du Vautour où le Bouddha  il ennonca le Second cycle, le troisième a été promulgué ensuite partout en Inde.  Enfin  Le Lac de Gourou Rinpoché.  J’oubliai  le cite archéologique de l’Université de Nalanda, et la Grotte où s’est tenu le Premier Concile….. Cela peut faire sujet de prochains messages.

Nous avons effectué ce voyage initiatique dans la rigueur et la simplicité. Guéshé-la avec son extrême dévouement pour les réfugiés tibétains, son savoir et ses enseignements, nous a apporté durant ce voyage la vraie dimension du Dharma. Sagesse et Compassion.

Sarva Mangalam  

www.Déwatchèn.fr

1 janvier, 2009

L’Ineffable Merveille

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 17:32

 

 

On commence toujours par il était une fois.

Il était une fois un monde qui rêvait d’amour.

Il était une fois un monde qui avait choisi, la Voie. Celle-là même pure comme un rayon de soleil.

Pour  donner à chacun sa part de merveille. De l’Ineffable, en laquelle le Dharma est Loi .

C’est aujourd’hui, maintenant, que l’Éveillé

Là, en ce voeu originel, pour l’être et l’ esprit.

Sans attendre parce que le monde est démuni. 

 De l’Ineffable, le principe libère la roue de la vacuité.

Tous les maîtres proclament d’une même voix.

La splendeur de la Voie, miroir de l’esprit

Détenteur vide,  révélant l’infini,

 La Sagesse, le fruit de l’Ineffable omniscient, dans la pureté réfléchie.

 Celle-là  même qui se manifeste dans le corps, la parole.

Mais au -delà , dans la nature de  l’Être.

Sa réalité, son efficiente plénitude de lumière.

 Le royaume pur vacuité de l’Inconditionné.

Ces quelques mots vides et pleins, pour donner à l’Année nouvelle l’éclatante parure de la Paix , de l’amour et de la pure compassion pour tous les êtres.

user posted imageuser posted imageuser posted imageOM AH HOUNG BENZAR GOUROU PADME SIDDHIS HOUNG

http://www.youtube.com/watch?v=bk6q0zxa4xQ

 

 

 

1 septembre, 2008

Lieu de convergence

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 12:18

mantraguru.gif 

OM AH HOUNG BENDZAR GOUROU PEMA SIDDHI HOUNG

Sagesse et compassion.

Essence de la sagesse. Pour comprendre ce qu’est la sagesse innée, il faut prajna, la connaissance dont l’ouverture de la conscience « se connaissant elle-même » permet le franchissement de la Voie qui mène à l’unité.  La Sagesse transcendante continuum de la base est l’essence et énergie libre du kunshi ou  Alaya vijnana, libre des obscurcissements de la vue fausse des êtres humains, car elle est libre d’Autre « Shèntong «  Elle assure la disposition essentielle et fondamentale de l’esprit pur. »

(Voir l’article Vide et connaissance du 15 mai 2007 dans ce blog. où je cite Namkhaï Norbu qui écrit):

« L’essence, la nature et l’énergie sont appelées les trois sagesses primordiales parce-qu’elles représentent l’état d’éclaircissement dans son intégralité.  L’individu possède les trois aspects dans leur commencement véritable et il continue pour les avoir unis en la parfaite illumination. »   

 Kunshi. Le kunshi  est le nom tibétain de l’Alalya Vignana , est considéré dans le bouddhisme tibétain comme « réservoir »  contenant  la réunion des  empreintes karmiques et qui s’exprimeront sous certaines conditions  individuelles.  L’alaya vignana est  la huitième conscience.

Le Bouddha de Dolpo , Dolpopa est l’initiateur du Shèntong.  La vérité relative est vide de nature propre(rangtong) (rang gis stong pa) et la vérité absolue est vide d’autre. (shèntong) (gzhan gyi stong pa). Pour décrire la réalité absolue en tant que vide seulement d’autres phénomènes.

________________________________________________

La doctrine a pour but la libération des servitudes du mental et la paix des êtres par l’accomplissement de l’éveil ou bouddhéité. Par le nirvana, elle sous-entend d’échapper à la peur. « Il a comblé et traversé le fossé ( celui de la mort) détruit la citadelle ennemie, (le corps illusoire, véhicule de l’être subtil) déverrouillé la porte (de l’ignorance.) «   ainsi le Bouddha a atteint le parfait nirvana. Discours du Bouddha sur les quatre vérités au Parc des Gazelles , auquel j’ai ajouté ces brefs commentaires.

« En fait le Nirvana sutra est déclaré par le Bouddha le point culminant de ses enseignements. Ce sutra est appelé Mahaparanirvana. »(nirvana sutra.org)

        

L’Éveil est-il seulement la sagesse qui apparaît et surgit au-dedans de soi ?  

Chant du yogi . Sharapa, a exprimé.

 « Le pouvoir pénétrant de l’oeil fait voir les choses

Mais l’oeil ne peut se voir lui-même.

Le feu ne peut pas se brûler lui-même

L’esprit lui-même ne peut trouver l’esprit

C’est lui qui est l’esprit

Je vais t’expliquer son essence;

Quand un homme dit qu’il a vu le ciel

Il en décrit les extrémités, le milieu la forme et la couleur

L’essence originelle de l’esprit

Ne peut être conçue en pensée

Ni exprimée par des exemples

Par le pouvoir des fruits de la méditation et la bénédiction de la lignée

des instructeurs

La sagesse apparaîtra, surgissant au-dedans de soi »

Lu dans Textes tibétains inédits d »Alexandra David -Neel.

Les pensées révéleront l’état de l’Éveil, ancreront fermement l’Aspirant dans les lumières du savoir et de la Sagesse. L’observation des états de nos consciences est le chemin d’un esprit analytique. L’être qui d’un esprit égal considérera toutes choses, non pour ce qui semble, mais pour l’infinie sagesse transcendante sera  libéré.

 L’Éveillé se situe au-delà des perceptions ordinaires, au-delà même d’une signification temporaire d’état d’Éveillé. Mystère du Tathagâta ou voie de  l’Esprit fondamental en lequel l’aspect ultime est manifesté dans l’incarnation comme corps de vérité d’un Bouddha.

Dans le Sûtra du Lotus  chapitre: Les pratiques méritoires, ce passage des stances de louanges:

« Son corps  ne relève ni de l’existant ni du non existant, il n’est ni causé ni conditionné, ni en soi ni pour autrui » et

 » Il naît de la moralité, de la concentration, de la sagesse de la délivrance, du savoir et de la vision. »

Dans le deuxième chapitre nous lisons: « La sagesse de tous les Bouddhas est infiniment profonde et incommensurable ».

_________________________________________________________ 

 mantraguru.gif

La compassion

La méditation sur les grands thèmes de la souffrance est la grande porte de la compassion. Comment aborder le projet ambitieux de parfaire les visions étriquées que le monde projette autour de notre être, sans la connaissance de la grande sagesse qui est en nous. Les parallèles entre les diverses traditions sont là pour montrer le chemin parcouru par les découvreurs de trésors, ceux qui ont atteint dans les cycles de l’existence la voie royale d’un Bouddha. Relativement confrontés à leurs propres religions, ils ont laissé les paroles et les écritures comme témoignages et comme transmissions à travers la véritable nature de l’esprit. Libéré de tous dogmatismes, c’est en vérifiant dans les lignées des anciens que le méditant peut accepter alors dans quelle voie il est à même d’identifier ce que lui inspire profondément les textes. Cette vue reste imprégnée de l’aspect pur du coeur, elle n’est pas étrangère à la nature primordiale du Bouddha.  Pour développer la bodhiccita, l’Éveil, il faut comprendre le non soi; renoncer à l’idée que soi et les autres sommes réellement ce que nous renvoie l’image de nos apparences. Les louanges à la divinité de Tchenrézi dés lors que ce yidam est vu comme parfait, comme bonté omniprésente en soi, génèrent le don de compassion pour tous les êtres qui sont dans la souffrance. Nous trouvons  dans l’enseignement de la grande perfection, le thème de la sagesse, celle de la pratique, qui est la voie. Dans le  tantrisme des nyingmapa, la méditation  est secondaire à la contemplation. Si nous n’avons pas la vue, ou bien si nous n’avons pas les capacités d’entrer dans la voie,  il est nécessaire alors de suivre les étapes des préliminaires  du « Ngöndro » . Lorsque je parle d’entrer dans la voie, il s’agit de l’esprit  découvrant .  Ainsi toutes les intentions pures sont la bodhicitta  qui se manifeste au fur et à mesure que l’esprit révèle  son unique don  omniscient de sagesse - compassion  son lieu de convergence le Dharma.

Les Ngondros sont  les pratiques les plus profondes .  Il y est question du Guru Yoga  et des prosternations. L’initiation de Dorje Sempa , les mandalas sont autant de moyens, que les maîtres  enseignent pour permettent à l’esprit une vision plus pure. Les pratiques comme celle du mahamoudra,  ont pour objet l’esprit . Dans le vajrayana  sont compris l’enseignement des six yogas de Naropa – qui sont tous basés sur le Ngondro,. Les pratiques permettent l’expérience de vision plus pures ,grâce aux yidams ,mais toujours proches de la réalité de la vacuité.

________________________________________________________________ 

 mantraguru.gif OM AH HOUNG BENDZAR GOUROU PADME SIDDHI HOUNG

Le Dharma

Ce terme vient de la racine sanskrit dhr soutenir. Et la traduction française retient la signification de loi.  La loi universelle, la loi cosmique. Si nous prenons certains sûtras le dharma sera la morale et le terme prends alors une connotation religieuse, relier au monde samsarique.  Je me suis longuement interroger  lorsque j’ai choisi  pour ce blog le terme d’Unité Dharma.   Dharma et Unité avec majuscule  pour être plus proche de la réelle signification de Loi universelle. C’est exactement le(dharma) de la parole en tant que  énergie de la pensée,  celle de l’esprit  éclairé.  Et… c’est l’enseignement  bouddhique qui va permettre la connaissance, prajna.  Ainsi l’ouverture à l’Esprit de sagesse et de compassion. Les différentes traductions du terme par les érudits parlent aussi de l’interdépendance et s’inscrit dans le continuum des êtres.  Nous retrouvons les écrits des maîtres sur la vacuité. Je ne suis pas très loin  qu’en finalité la notion de Dharma est à elle seule celle de la sunyata .

En noir mes commentaires.

12345...7