Unité Dharma

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2006

30 septembre, 2006

Les six syllabes

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 21:00

cercle.jpgAinsi, les six syllabes OM MANI PÉMÉ HOUNG signifient qu’en fonction de la pratique d’une voie, qui est l’union indivisible d’une méthode et d’une sagesse, vous pouvez transformer votre corps, votre parole et votre esprit impurs en corps, parole et esprit purs et glorieux d’un Bouddha. II est dit qu’il ne faut pas chercher la bouddhéité hors de soi; les matériaux pour y parvenir se trouvent à l’intérieur. Maitreya l’a dit dans son « Sublime continuum du Grand Véhicule » (Uttaratantra), tous les êtres ont naturellement la nature de Bouddha dans leur propre continuum. Nous avons en nous-mêmes le germe de la pureté, l’essence de Celui Qui S’en Est Ainsi Allé (Tathâgatagarbha), qui doit être transformé et pleinement développé en bouddhéité. »  Dalaï Lama

MANTRA d\’Avalokiteshvara ou Chenrezig
Om Mani Pémé Houng
Om Mani Padmé Hûm
‘, CAPTION, ‘*  Gue Phel Tcheu Tsok  *’); »
onmouseout= »return nd(); » href= »javascript:void(0); » mce_href= »javascript:void(0); » mce_href= »javascript:void(0); »>Om Mani Pémé Houng - Om Mani Padmé Hûm

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 20:54

28 septembre, 2006

Les six syllabes

Le vénérable Kyentsé rinpovhéOM MANI PEME HUM

 

C’est en Kyentse Rinpoché Que Le Mantra DE Vajrasattva à toute sa saveur

La roue de la méditation

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 9:29

cercle.jpg

                           La Roue de la méditation

Méditation sur les cinq  sagesses.

 Les cinq principes sont significatifs de la présence de l’esprit au monde de l’Être. A la pointe de la méditation, là en sa base, l’esprit incomparable se joue du temps et de l’espace pour atteindre par sa luminosité, la vacuité . Il y déploie les cinq sagesses nées de Samantabhadra? le Bouddha primordial.

 Que signifie tournée la roue de la méditation au coeur du déploiement des cinq sagesses.

La première sagesse réside dans la roue de la vie, où s’actualise le premier potentiel de l’être des cycles passés.  La tradition du Bouddha de la lumière infinie  remonte à l’école Tendai , celle-ci  appartenant  elle-même au Maître Dengyo. 

En bref, Les interprétations des écrits sur le grand soutra sont ceux de Nagarjuna et de Vasubandu pour le bouddhisme indien, de Tan louan  pour la chine et  de Hônen pour le Japon.

Les pratiques liées à la « Terre Pure d’Amida » sont fondées sur la volonté de sauver les êtres sans exception ,  en atteignant le nirvana,  le fruit de la terre pure. Ce premier voeu, cette promesse suprême réalisation de l’Aller, est la perfection pure sagesse ultime de la grande compassion.

« Si je deviens Buddha, et que le rayonnement de ma lumière puisse être mesuré,sans même éclairer, ne serait-ce que des centaines de milliers de millions de myriades d’êtres… »

Révérence au Bouddha Amida, sur les stances dede T’an-Louan par Shaku Shiran.

1 Depuis que Mida est devenu bouddha,

maintenant dix âges ont passé.

Du Corps Essentiel, la roue de lumière, sans limites,

Sur les ténèbres du monde respendit.

2 De la Sagesse, la lumière est sans mesure

Tous les êtres mesurés en qualités sans exceptions

En cette lumineuse aurore, se trouvent bénis

dans l’éclat de la vérité, prends refuge. »

Ce voeu est contenu dans le mantra du « Nemboutsou ». « Namo Amida Boutsou »

Il ne faut pas oublier que les maîtres de la Terre Pure se rattachent à l’enseignement de la Parole de Sakyamuni le Bouddha historique. Ceux de la Terre pure considèrent comme  bonté universelle  le Bouddha réalisé ayant pour mémoire la pratique  du Dzogchen qui reprend dans son message le voeu de Samantabhadra  « Le Tout Bon ». Lorsqu’il dit: 

 » Par les souhaits de Kuntouzangpo (le Tout bon)

Qu’advienne l’éveil universel

dans le palais de l’espace absolu!

Enfoui au plus profond de la méditation, ce voeu ouvre  la voie de la réalisation dans le rayonnement de la sagesse transcendante du Bouddha Un. Sublime réalité des trois corps. 

Le soutra des dix étapes ou bhûmis du Mahayana développe le chemin du bodhisattva dans la voie de la  perfection.  Le Grand soutra de la terre pure ,  la foi  du Nembutsu permet d’acquérir les mérites en une seule marche vers la lumière d’Amitâbha.  

Extrait de Wikipédia

« Amitabha s’insère dans la succession historique de différents bouddhas, chacun exerçant son influence sur une ère, la nôtre étant celle du bouddha Shakyamuni. Encore bodhisattva, ils pratiquent le dharma auprès du bouddha dont ils prendront la succession. Ainsi le bouddha Shakyamuni fut l’élève de Dipankara et sera à son tour le maître de Maitreya, le bouddha à venir. C’est ainsi que le bodhisattva Dharmakara étudia auprès de Lokesvararaja et devint Amitabha.

Selon le Soutra de Vie-Infinie, alors qu’il étudiait encore le dharma, Amitabha avait fait 48 vœux décrivant son futur monde, dont quatre (Nos 18, 19, 20 et 22) contiennent l’essentiel de la promesse faite aux fidèles : si ceux-ci font au moins dix fois dans leur vie le vœu de renaître dans sa terre pure située à l’ouest, et s’efforcent de garder le bouddha en esprit, particulièrement à l’instant de leur mort, il leur apparaitra et ils accèderont dans son royaume; ils pourront y poursuivre l’étude du dharma sous sa direction, devenant bodhisattvas, puis bouddhas.

Il existe des variantes théologiques entre les différentes branches de la Terre Pure, mais beaucoup recommandent ces cinq pratiques :

  • Vénération et incantations : considérées comme seules indispensables par beaucoup d’écoles japonaises, elles constituent dans les mouvements chinois seulement une partie de la pratique, exercice personnel autant d’incantation magique.
  • Visualisation : il existe seize formes du bouddha décrites dans le Sutra de contemplation.
  • Lecture et récitation des sutras : elles constituent une ascèse qui permet de garder le bouddha présent à l’esprit. De plus, les noms des déités contenus à l’intérieur exercent leur effet intangible lorsqu’ils sont prononcés.
  • Vœux pour la renaissance dans la terre d’Amitabha : ils doivent être exprimés avec foi.
  • Acquisition de mérites par la pratique de la compassion et la poursuite de la sagesse

Foi en l’efficace des voeux d’Amitabha, désir d’entrer dans son paradis et pratique sont les trois piliers de la Terre Pure. »

Le Bardo-Thödol .Pourquoi le Bardo-Thödol. Il réunit l’aspect des cinq  Bouddhas de méditation. Bien que je ne l’exposerai pas complètement , le but est est la familiarisation  avec les visualisations tantriques.  Le Bardo-thrödol ou  le livre de la Libération naturelle par l’écoute est bien  un yoga tantrique. Il est  lu lors de  cérémonies funéraires pour le peuple tibétain non initié qui d’ailleurs n’y comprends pas grand chose.   La Dédicace , vers attribués à Padmasambhava ouvre le mandala  des divinités.« Oh! Amitabha, lumière infinie du Corps de VacuitéOH! Apparitions paisibles  et courroucéesOh !Ordre du Lotus, Corps de JouissanceOh! Padmasambhava, sauveur de tous les êtresincarnation terrestre(Nirmanakaya)Vénération à vous les Trois Corps de Bouddha.

 

 Par des visualisations du palais du mandala des divinités  les vers de Dédicace à Amitâbha  inaugurent toute la symbolique qui entoure le cercle des divinités.   Il est de la tradition tibétaine  des enseignements tantriques d’invoquer Amitâbha au moment du transfert de conscience.  Les étapes dans le monde intermédiaire du Bardo par la Vue Pénétrante de l’Etat intermédiaire seront invoqués à l’aide des cinq Bouddhas de Sagesse:

Par la Vision de Vairocana du royaume central appelé la Diffusion des Grains de Lumière; de couleur blanche, il tient en sa main la roue à huit rayons. On l’appelle la lumière du Tathagata.

Recevez sa bénédiction sous la forme de rayons de lumière blanche émanant du Diamant OM.

 

 Par la Vision de Vajrasattva Aksobhya du royaume bleu lumineux de l’Est, appelé actualisation de la Joie. Vajrasattva de couleur bleu tient en sa main le vajra à cinq branches. Sagesse fondamentale semblable au miroir.

La méditation de Vajra Aksobhya  inaugure  la montée  de l’esprit vajra vers la couronne où se tiennent les cinq sagesses reflétées  de Samantabhadra. 

Par la Vision appelée  la Gloire éclatante du Baghavan Ratnasambhava  venant du sud de couleur jaune tient en sa main un précieux joyau . Purifié en la vacuité , la suprême connaissance de  l’équanimité.

Par la Vision d’Amitabha  de couleur rouge dans le royaume céleste de l’Ouest appelé le champs de félicité, il tient dans sa main, la fleur de Lotus. L’agrégat de conception purifié de lui-même de la  suprême connaissance discriminative brillera , elle jaillit du coeur.

 Dans les écrits bouddhiques, l’esprit  en tant que lumière est réalité fondamentale.  L’expérience intime de son essence la situe au coeur  du Lotus(Padma) caché dans l’état du Bouddha primordial.  

 

 

 

 

20 septembre, 2006

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 21:01

vajrasattvayabyum.jpg

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 20:59

tarajkw.JPG

Yeshé Tsogyal

Classé dans : Unité Dharma La Tradition,Unité Dharma — deulmalhamo @ 20:57
Yeshé Tsogyal qui signifie reine du lac, émanation de Vajravarahi(Dordjé pamo) compagne mystique de padmasambhava, dont elle devint son disciple.
     

           

 Yeshe Tsogyal est considérée être une émanation de Dorje Phagmo et de Tara. Elle était une des épouses du roi tibétain Trisong Detsen (ou une concubine, ou une servante selon les sources). Elle fut « offerte » par Trisong Detsen comme hommage à son enseignant : Gourou Rinpoché.         

Elle devint la disciple de Padmasambhava / Gourou Rinpoché et sa parédre (épousée mystique). Par sa pratique elle a atteint la réalisation la plus haute.

C’est avec elle que Gourou Rinpoché est réputé avoir caché des termas (trésors) en divers endroits du Tibet et ailleurs, afin de les préserver à l’intention des générations futures. Il en est ainsi pour les instructions du Longchen Nyingthig découverts des siècles plus tard par Jigmé Lingpa.

Yeshe Tsogyal est la première femme à avoir atteint l’Eveil dans la tradition du Bouddhisme tibétain.

Voici un poème  receuilli dans la revue Tendrel. 

     OM AH HOUNG     

Echanges avec Mandarava..          
            

Tel un arc -en -ciel, danse le ciel
Et se meut sans obstace à travers la matiére
Triomphatrice du démon des émotions
Exterminatrice du démon des fils des dieux
Dakini, maitresse de vie, n’est-ce pas vous?
Depuis l’empyrée de la terre pure d’Akanishta
A travers les trois étages du monde
Souveraine de tous les êtres suprêmes
Vous avez atteint le corps de Félicité
Mandarava,  force sublime de la vacuité
Mére des êtres, je me prosterne devant vous
Vous faites barrage à la chute du torrent des hallucinations impures
Où tous les êtres sont emportés
Dans l’incessante ronde karmique de naisance et de mort
Puisse s’accomplir mon ardent désir de vous être semblable
Karma épuisé, concept de plaisir  dissout
La fange des illusions asséchée
Le cycle illusoire des trois mondes consumé
Toute pensée tarie
Et moi-même scéllée par la félicité de grande Félicité
Puisse-je devenir inséparable de Samanthabhadra
La grande Félicité.
       

Alors la princesse Mandarava reine des accomplis répondit.
Kyého!danseuse céleste des mantras secrets!
Grande alchimiste
Vous avez sublimé le corps vulgaire en espace pur
Désaltérérer à l’ambroisie des enseignements de Padma
Vous avez concentré la quintescences
Ô mére immense connaissance transcendante, n’est-ce pas vous?
Entré dans le chemin où l’on voit les phénomènes dans leur vérité
Vous avez pratiqué les austérités et extrait les essences
Vous avez jugulé l’existence phénomènale
Tsogyal, jouvencelle éternelle et immaculée, je me prosterne
Par vos activités intrépides vous guidez les méchants
Hors du cycle vicieux qui sans fin tourbillonne aux vents puissants du karma
Vous avez établi la tradition des enseignements duBouddha
Annilant mes bönbos démoniaques aux vues perverses
Dorénavant, dans la pure Lumière du Lotus où vous séjournez
Dans le rayonnement de la compassion de Padma Thödreu
Puissions nous , vous et moi
Diffuser les émanation de vos activitées éveillées
Et vider les profondeurs du cycle chimérique des trois mondes
 
    

Poéme par clemence deulma lhamo      

         OM AH HOUNG
    

Mandarava danseuse céleste
Tes parures diphanes se mirent
dans l’eau du lac où pousse le lotus.
Ta chevelure s’est auroréolée de la
couronne aux mille pétales.
Elle fait une ombrelle au-dessus de la tête
et bénie le  vajra de l’être pur. 
    

La dakini est une messagére céleste. Elle est le secret des buddhas, gardienne des  trésors(termas) .
Le langage des Dakinis s’apparente aux langages des oiseaux.
    

   

   

Le langage des oiseaux par clemence deulma lhamo
    

       
OM AH HOUNG
Le langage des oiseaux n’est perçu que
par l’Aigle qui plane dans
l’ immensité du Savoir Universel
Dans la non pensée, le silence du verbe
laisser aller, laisser aller
Là se manifeste le Sugatta
Ineffable est son nom.
   

Le couple mythique que représente le Vajrayana, Union de  la sagesse et de la compassion  va trouver en Padma et sa parédre l’union  figurée de Vajrayoguini.
L’aspect intérieur du yogi  est le lieu où s’alchimise  les trois secrets , les trois mystéres du Bouddha.
« Toute forme est le corps du Bouddha
Tout son est son mantra
Tout concept est sa sagesse.
   

Par clémence deulmalhamo.
   

OM   Manjusri ghosa ya
   

OM AH HUM
   

OM
   

Du silence de l’esprit,
La lumineuse clarté
Corps de vacuité
Jaillit, domaine
Incommensurable
Vajra
Du Glorieux omniscient.
   

AH
   

De l’élan de l’esprit
Ainsité, vacuité
Jaillit manifesté
Le Don de la Parole
Qui soudain émet
L’incommensurable
Rayon du souffle de feu
   

HUM
   

De l’élan du corps glorieux
Ainsité, vacuité
Jaillit le Don manifesté
Qui soudain empli
L’incommensurable
Domaine de la Divinité
   
HRIH 

De l’élan de l’Esprit
Jaillit l’irrésistible
Don du Coeur qui palpite
Sagesse et Compassion
vers l’incommensurable
Don de l’unité.
   

   
Les divinités telles qu’elles nous sommes présentées comme Tara , Manjousri , ne sont pas différentes de notre esprit  quand nous réalisons la nature de l’esprit . Ces divinités ne sont pas des individualités d’un monde supra-cosmique. Il faut plutôt les invoquer comme semblable à la sagesse d’un bouddha.  Ainsi en pratiquant  la clarté non duelle de  la méditation sur un yidam  ou déité de méditation, notre attitude extérieure et intérieure témoignent de  l’esprit d’Eveil.   

Toutes les pratiques tantriques  ont cette force  d’imprégnation trés subtile. 

 Le Dzogchèn signifie « Grande perfection  ». » Le tantra,  le Miroir du coeur » comprend les trois absorptions méditatives ou trois samadhis. Le cycle secret insurpassable (yang sang lama mepaï kor ) traite des deux pratiques principales du men ngak  dé;  trekchö et thögal. Men ngak et Nyingthik ou essences , sphéres du coeur, sont des termas. (trésors) découverts par les Maîtres ayant manifestés Rigpa. Manifestation de la réalité de la claire lumière fondamentale. Ceci est décrit comme les quatre vérités.

Manifestation de la réalité absolue, expansion de l’expérience,  lucidité parfaite, épuisement   de l’expansion en la réalité absolue.

Le Miroir du coeur de Vajrasattva est l’un des dix sept tantras fondamentaux du Dzogchèn.

Vous trouverez dans la  bibliographiesuivante quelques titres et auteurs traitant du sujet de la « Grande  Perfection., le Dzogchèn.Sa Sainteté le Dalaï Lama: le Dzogchèn: Points sagesses.Les prodiges de l’esprit naturel.. L’essence du Dzogchèn dans la tradition bön originelle du Tibet.

Tenzin Wangyal: Points sagesses

L’Escalier de Cristal,( 123). Méditation Dzogchèn: Kunzang Pèma Namgyél. Editions Marpa.

Le Miroir du Coeur. Tantra du Dzogchen. traduit et commenté par Philippe Cornu.: Points Sagesses.

Appartenant au tantra de Gyuyasamaja. Tantra de l’union secréte .Yonten Gyatso : Points Sagesses.

Les  Maîtres de la Grande Perfection.(la lignée du Longghen Nyingthig du Bouddhisme Tibètain.Tulku Thondup: Le courrier du Livre. 

 

   

    

     

      

 

  

   

 

 

  

   

 

  

   

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 septembre, 2006

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 19:15

Naropa1.jpg

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 19:13

Classé dans : Unité Dharma — deulmalhamo @ 19:13

jtk2.jpg

123
 

Eclairage Evangélique |
Rackam |
Eglise protestante évangéli... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thorgrime-le-rancunier
| Non nobis Domine non nobis ...
| Mon Chemin